Algérie : la BM prévoit une croissance de 1,8% en 2017

Publication: Mis à jour:
WORLD BANK
DR
Imprimer

La Banque Mondiale (BM) a abaissé dimanche ses prévisions de croissance pour l’Algérie en 2017 et en 2018 du fait de la baisse des cours de pétrole en tablant sur des estimations légèrement inférieures à celles de janvier dernier, rapporte l'APS.

Dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales, publié dimanche à Washington, la BM a ramené ses projections de croissance pour l’Algérie en 2017 à 1,8% contre 2,9% projeté dans son rapport de janvier dernier, soit une baisse de -1,1 point. Pour 2018, la croissance du PIB réel de l’Algérie devrait s’établir à 1% en baisse de -1,6 point comparé au 2,6%, anticipé en janvier.

Selon les pronostics ajustés de la BM, la croissance de l’économie algérienne devrait légèrement s’améliorer en 2019 à 1,5% mais restera en baisse de -1,3 point par rapport à la prévision de janvier.

Cependant, les nouvelles prévisions de la BM pour l’Algérie sont légèrement en hausse comparées à celle anticipées dans son rapport d’avril sur le suivi de la situation de la région Mena. La BM avait, alors, tablé sur un taux de croissance de 1,5% en 2017 et 0,6% en 2018.

A l’instar des autres pays pétroliers de la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord, l’Algérie a pâti de la baisse des cours de pétrole qui l’ont incité à opérer un ajustement budgétaire pour faire face au choc pétrolier.

La croissance des pays exportateurs de pétrole de la région devrait s’établir à 1,8% en 2017 et celle des pays du Conseil de coopération du Golfe à 1,3%. En Arabie Saoudite, plus grande économie de la région, le taux de croissance devrait descendre à 0,6 % sous l’effet de la diminution de la production pétrolière.

Les effets négatifs de la réduction de la production de l’OPEP sur les pays exportateurs de pétrole l’emportent sur la modeste amélioration de la situation des pays importateurs de pétrole. Le tassement de l’activité dans les pays pétroliers devraient impacter la croissance globale de la région Mena qui devrait baisser à 2,1% cette année contre 3,2% anticipé auparavant, soit un recul de -1,0 point.

Compte tenu des incertitudes qui pèsent sur les cours de brut en 2017, la BM recommande aux pays de la région de maintenir la consolidation budgétaire ainsi que les réformes entreprises en vue de stabiliser leurs économies.

Mais reconnaît que la poursuite des réformes pourrait être " confronté au défi du mécontentement des populations " qui s’opposent à l’augmentation des taxes. Cela revient à retarder la mise en oeuvre des réformes et à prolonger la durée de l’ajustement budgétaire, relève l’institution de Bretton Woods.

La BM précise que ses prévisions de croissance pour la région Mena sont basées sur un prix moyen de pétrole de 53 dollars le baril en 2017 et de 56 dollars en 2018, en avançant qu’une évolution des cours au dessous de ces niveaux pourraient réduire probablement l’espace budgétaire de ces pays. Le pétrole de schiste américain et la hausse des stocks de brut peuvent compenser la réduction de l’offre Opep.

Des prix plus faibles devraient entraîner une détérioration des soldes budgétaires et provoquer des tensions sur les secteurs non-pétroliers de la région avec la mise en oeuvre des programmes de consolidation budgétaire qui imposent une réduction des investissements publics, explique la Banque mondiale.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.