Julie Gayet évoque sa relation avec François Hollande avec pudeur pour la première fois (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
HOLLANDE GAYET
(FILE PHOTO) In this composite image a comparison has been made between Francois Hollande (L) and Julie Gayet. ***LEFT IMAGE*** BERLIN, GERMANY - MAY 15: French President Francois Hollande speaks to the media following talks at the Chancellery hours after Hollande's inauguration in Paris on May 15, 2012 in Berlin, Germany. Hollande has come to Berlin to discuss the current European debt crisis with Merkel and most importantly to find common ground, as he hopes to resolve the crisis with measur | Sean Gallup via Getty Images
Imprimer

Elle n'avait jamais évoqué l'affaire devant une caméra. Ce samedi 3 juin, l'actrice et productrice Julie Gayet s'est exprimée publiquement pour la première fois su sa relation avec François Hollande lorsqu'il était à l'Élysée. Choisissant ses mots avec pudeur et précaution, sans jamais mentionner le nom de l'ancien président ni la nature de leurs liens, la comédienne qui fête ses 44 ans a tout de même livré son sentiment sur le "GayetGate", après que le magazine Closer a publié des photos du chef de l'État lui rendant visite à scooter.

"Je dois avouer que ça a été un moment compliqué, un moment lourd, mais comme je ne veux pas [en] rajouter, donc il n'y avait pas à commenter", a-t-elle confessé tandis qu'on l'interrogeait sur "la tempête médiatique de ces dernières années" dans l'émission "Thé ou café" diffusée ce samedi sur France2. Alors en couple avec la journaliste Valérie Trierweiler, François Hollande avait acté sa séparation avec sa compagne sans jamais officialiser sa relation avec Julie Gayet.

Revendiquant sa "pudeur" et une "vie privée qui a toujours été derrière la porte", l'actrice, nommée aux Césars pour son rôle dans le film Quai d'Orsay, a justifié son choix de se rendre à la cérémonie en dépit des critiques et des rumeurs. "Ça blesse, c'est dur, mais en même temps ne pas aller aux César n'aurait pas eu de sens", a-t-elle confié en évoquant l'impact de l'affaire sur sa vie professionnelle. "C'est sûr que j'ai certainement moins joué, il y a eu des moments plus compliqués, des attaques de tous les côtés, où il fallait se protéger...".

"Qu'importe ce que pensent les gens, moi je sais ce qui est vrai, la vérité des choses, et c'est ça qui compte", a-t-elle conclu.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.