L'Algérie accueillera à titre humanitaire les réfugiés syriens coincés à la frontière algéro-marocaine

Publication: Mis à jour:
18033426_10213488203908294_6579598624504779070_N
Facebook
Imprimer

L'Algérie a décidé d'accueillir sur son territoire, à titre humanitaire, le groupe de ressortissants syriens bloqués depuis le 17 avril 2017 à la frontière algéro-marocaine, a annoncé ce jeudi 01 juin 2017 le ministère des Affaires étrangères (MAE) dans un communiqué de presse.

La diplomatie algérienne a révélé avoir reçu aujourd'hui le représentant du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), M. Hamdi Boukhari, afin de lui signifier la décision des "hautes autorités algériennes "d’accueillir, à titre humanitaire, sur son territoire le groupe de ressortissants syriens, dont une femme enceinte et des enfants, qui se trouve bloqué, depuis le 17 avril dernier, à Figuig en territoire marocain."

Cette décision survient à peine 24 heures après la réaction du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, qui a interpellé l'Algérie et le Maroc pour trouver une solution et mettre fin au calvaire de ces réfugiés dont des enfants.

Dans le même communiqué, le porte-parole du MAE, Abdelaziz Benali-Cherif a expliqué que "ce geste humanitaire exceptionnel, que l'Algérie consent, tient compte de la situation particulièrement difficile dans laquelle se trouve ce groupe, dont une femme enceinte et des enfants".

Il a affirmé le consentement des autorités algérienne à y mettre fin en ce mois sacré de ramadan, "en les accueillant sur le territoire algérien, leur assurant un hébergement, leur prodiguant les soins nécessaires et leur permettant, si tel est leur souhait, de rejoindre d’autres membres de leurs familles".

Le même communiqué poursuit que "l'Algérie consent ce geste par devoir de solidarité avec le peuple frère de Syrie dans l’épreuve qu’il traverse".

"C’est ce même devoir de solidarité qui a conduit l’Algérie à accueillir sur son sol, depuis le début de la crise touchant ce pays frère, plus de 40.000 syriens, ayant bénéficié (...) de facilités en matière de séjour, de libre circulation, de scolarisation, d’accès aux soins médicaux, au logement et à l’exercice d’activités commerciales", conclut le porte-parole du MAE.

Un groupe de 55 réfugiés syriens est retenus depuis le 18 avril 2017 à zone frontalière située près de la ville marocaine de Figuig. Ils sont pris au piège dans une zone désertique près de la frontière, où ils dorment à la belle étoile et sont dans l’incapacité de demander l’asile.

Les autorités marocaines ont accusé publiquement l’Algérie d'avoir expulsés ces demandeurs d’asile vers le Maroc. Le ministère algérien des Affaires étrangères a dénoncé des "allégations mensongères" visant "nuire à l’Algérie", accusant à son tour le pays voisin d'avoir tenté d'expulser ces réfugiés vers le territoire algérien.

Une "querelle" qui a fait réagir plusieurs associations, ayant appelé les deux pays à "assumer leurs responsabilités" et accueillir les réfugiés syriens bloqués à la frontière commune tout en les accusant de "non-assistance" à des migrants en danger.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.