Les Nuits de Ramadan: 35 concerts dans 11 villes du Maroc

Publication: Mis à jour:
GABACHO MAROC
Gabacho Maroc participera aux Nuits de Ramadan. | GABACHO MAROC/FACEBOOK
Imprimer

RAMADAN - L'Institut français du Maroc organise, en partenariat avec les principaux acteurs culturels des régions et des villes concernées, la 11ème édition des "Nuits de Ramadan". 35 concerts sont programmés entre le 2 et le 11 juin.

"Les Nuits de Ramadan" feront escale à El Jadida, Casablanca, Agadir, Fès, Kénitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Tanger et Tétouan. C'est ce que les organisateurs ont annoncé mardi soir. "Ce festival est un moyen d'encourager, par la musique, ce grand moment de spiritualité qu'est le ramadan", a souligné Jean-marc Berthon, directeur général de l'Institut français du Maroc.

Au programme, cette année, des groupes marocains et des artistes étrangers avec le groupe jordanien Jadal, le groupe palestinien 47Soul, le groupe franco-algérien Labess, le groupe franco-marocain Gabacho Maroc, le groupe maroco-sénégalais Nuru Kane et Bayefall Gnawa.

"La particularité de cette 11ème édition est de placer la musique sous le thème de l'exil. C'est le thème qu'on a voulu mettre en valeur par le choix des musiciens que nous avons retenus: 5 groupes qui viennent de différents pays et qui tous ont croisé, à un moment, cette dure réalité de l'exil", souligne au HuffPost Maroc Damien Heurtebise, directeur de l'Institut français d'El Jadida.

Aux concerts colorés de rythmes et sonorités rock, électroniques, latines, africaines et marocaines s'ajoutera une autre programmation. "Chaque ville et institut français (IF) accueille les tournées nationales. Pour compléter ces tournées, on a ajouté une programmation locale. A El Jadida, les concerts se font en deux parties: la première est organisée par l'IF et la deuxième par la direction provinciale de la Culture. Meknès fonctionne de la même manière", explique au HuffPost Maroc Damien Heurtebise.

Le festival "Nuits de Ramadan" a été créé en 2007 à El Jadida. Cinq ans après, il s'installait dans tous les instituts français du Maroc. "On n'est pas là uniquement pour créer de gros événements, mais aussi pour faire du culturel et apporter un message de métissage, de dialogue et de tolérance à travers la musique. C'est vraiment le coeur de la mission de l'Institut français", conclut Damien Heurtebise.

LIRE AUSSI: