Un passager marocain interrogé par la police américaine pour avoir "ronflé dans un avion"

Publication: Mis à jour:
DELTA AIRLINE
Un passager marocain interrogé par la police pour avoir "ronflé dans un avion" | shutterstock
Imprimer

FAIT DIVERS - C'est décidément la loi des séries qui touche les compagnies aériennes américaines. Après United Airlines et l'affaire du passager traîné en dehors de l'avion par la police, c'est au tour de Delta Airlines de faire polémique.

Cette dernière est accusée par un passager d'origine marocaine de discrimination à cause de son ethnicité et sa religion. Selon le New York Daily News , Yassine Siqal, 30 ans, se rendait à New York, en avion, avec sa petite amie, quand il s'est endormi pendant le vol et s'est mis à ronfler.

C'est alors qu'une hôtesse de l'air lui demande de se déplacer vers une rangée vide de l'avion. Ce que Yassine refuse, voulant rester aux côtés de sa compagne. Avant cela, cette même hôtesse, après l'avoir vu bâiller, lui a demandé s'il avait un problème avant qu'il lui réponde être juste fatigué.

Mais, une fois arrivé à l'aéroport LaGuardia de New York, Yassine a été interrogé pendant 40 minutes par la police. "En tant qu'être humain, je me suis senti marché dessus et humilié", déclare-t-il au New York Daily News.

"C'était embarrassant de s'être retrouvé dans cette situation et pour avoir fait quoi? Bâillé et dormi dans un avion ou pour être musulman?", déclare de son côté, au journal, sa compagne.

La compagnie aérienne Delta a réagi dans un communiqué dans lequel elle considère que "l'équipage du vol a pris la décision de contacter la police après avoir observé un comportement inquiétant du passager envers son voisin de fauteuil, incluant des actions physiques et violence verbales".

Yassine, lui, est bien décidé de porter plainte contre la compagnie. "Mon client veut que Delta enquête sur cet incident et le reconnaisse", déclare l'avocat de Yassine au journal américain.

Mauvais timing pour la compagnie aérienne qui, début mai, a eu un premier bad buzz quand toute une famille a été débarquée d'un vol. Celle-ci avait refusé de laisser à un autre passager un siège où était installé leur enfant en bas âge dans un siège de voiture attaché au siège, une méthode qui, comme le rapporte le Washington Post, est considérée par la "Federal Aviation Administration" comme plus sécurisée pour l'enfant.

LIRE AUSSI: