Mohamed Hassad annonce l'affectation de 1.000 nouveaux cadres pour gérer les écoles

Publication: Mis à jour:
SCHOOL MOROCCO
Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

ENSEIGNEMENT - 1.000 nouveaux cadres seront affectés aux postes de directeurs d'écoles primaires ou de surveillants généraux de lycées. L’annonce a été faite, mardi, par le ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Hassad.

En réponse à une question orale à la Chambre des conseillers, relayée par la MAP, le ministre a reconnu que le déficit dont souffre le secteur ne sera pas comblé par ces nouvelles affectations: "Ce n'est pas suffisant pour combler le déficit enregistré au niveau des directeurs des écoles". Et d'assurer que, "pour remédier à ce problème, quelque 1.800 autres cadres seront affectés en 2018".

Dans sa réponse, M. Hassad a aussi affirmé que son département "prendra en considération la situation familiale des lauréats de la filière de l'administration pédagogique en tant que critère essentiel pour le recrutement". Il a précisé que la priorité sera accordée "aux demandes de rapprochement du conjoint, puis aux lauréats mariés, et enfin aux célibataires", ajoutant que "chaque catégorie sera classée selon ses résultats scolaires".

Mouvement de permutation

Sur le volet du rapprochement des cadres du corps enseignant de leurs conjoints, dans le cadre du mouvement de permutation, le ministre a rappelé que son département a accordé, cette année, 5.800 demandes sur un total de 6.500. Pour ce qui est de l'enseignement primaire, M. Hassad a affirmé que "presque toutes les demandes ont été acceptées (4.600 sur 4.700)".

Il s’agit, selon le ministre, d’une phase initiale réalisée à l'échelle nationale, pour permettre aux demandeurs de rapprochement familial d'être mutés à la province de leur choix.

Par ailleurs, sur l’enseignement privé, objet d'une troisième question, M. Hassad a estimé nécessaire de le promouvoir. Rappelant que plus d'un million d'élèves étudient dans des écoles privées, il a estimé impératif que "les secteurs concernés conjuguent leurs efforts pour hisser le niveau de l’enseignement privé".

LIRE AUSSI: