Selon l'OMS, la consommation de tabac responsable de plus de 7 millions de morts chaque année

Publication: Mis à jour:
CIGARETTE
A man smokes a cigarette in Ciudad Juarez, Mexico May 11, 2017. Picture taken May 11, 2017. REUTERS/Jose Luis Gonzalez | Jose Luis Gonzalez / Reuters
Imprimer

SANTÉ - Plus de 7 millions de personnes meurent chaque année dans le monde en raison de la consommation de tabac. C'est ce qui ressort, ce mardi, du rapport sur le coût du tabagisme de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Un chiffre qui ne dépassait pas les 4 millions au début du 21e siècle, déplore l'agence onusienne dans une étude consacrée aux coûts sanitaires et économiques du tabac et, pour la première fois, à son impact environnemental. Le tabagisme représente un lourd fardeau économique avec plus de 1.400 milliards de dollars de dépenses de santé et de perte de productivité, soit 1,8 % du PIB mondial.

"S'ils prennent des mesures drastiques de lutte antitabac, les gouvernements peuvent préserver l'avenir de leurs pays en protégeant les consommateurs et les non-consommateurs contre ces produits mortels", a souligné la directrice générale de l'OMS, Dr Margaret Chan, dans un communiqué à l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, célébrée le 31 mai.

Un arbre pour 300 cigarettes

Selon l'OMS, les déchets du tabac représentent le type le plus répandu dans le monde, et "contiennent plus de 7.000 produits chimiques toxiques qui empoisonnent l'environnement, y compris des substances cancérogènes".

La culture du tabac est également partiellement responsable de la déforestation. Un arbre est perdu pour chaque 300 cigarettes, expliquent les experts.

Au rythme actuel de la consommation, le tabac risque, au cours du 21e siècle, de tuer jusqu'à un milliard de personnes dans le monde, met en garde l'OMS dans son rapport.

L'OMS plaide dans ce contexte pour des "mesures fortes", comme l'interdiction du marketing et de la publicité, le conditionnement neutre et l'interdiction dans les lieux publics intérieurs et les lieux de travail". Elle recommande, également, l'augmentation du prix du tabac et des taxes afférentes, des mesures qui s'avèrent parmi les plus efficaces, mais qui ne sont pas encore généralisées.

Le Maroc à la traîne

Le Maroc a été le premier pays à avoir élaboré une loi contre le tabagisme au niveau régional en avril 1991, entrée en vigueur le 3 février 1996, portant sur l'interdiction de fumer dans certains lieux publics et de faire de la propagande ou de la publicité en faveur du tabac. Mais aucun décret d'application de cette loi n'a été promulgué depuis.

"L'arsenal juridique anti-tabac est bien insuffisant pour combattre le phénomène. Les dispositions de la loi 15-91 relative à l'interdiction de fumer dans les lieux à usage collectif ne sont pas du tout dissuasives", expliquait au HuffPost Maroc Abdessalam Krombi, secrétaire général de l'Association marocaine de lutte contre le tabac et les drogues.

D'après une enquête nationale sur les habitudes et les comportements des fumeurs, publiée en 2008, et dont les résultats sont relayés par la Fondation Lalla Salma de prévention et de traitement des cancers, le fumeur marocain dépense en moyenne 22 dirhams par jour pour l'achat de tabac.

Ainsi, 17% de la population marocaine est exposée au tabagisme passif dans l’entourage professionnel, 32% l’est en milieu familial, alors que 60% des Marocains le sont dans les lieux publics.

LIRE AUSSI: