Sonia Ahmimou, la créatrice marocaine en vogue à Paris (ENTRETIEN)

Publication: Mis à jour:
ASWAD
DR
Imprimer

MODE - Après avoir fait ses armes pendant 8 années dans les ateliers Louis Vuitton, Hermès ou encore Moynat, à 28 ans, Sonia Ahmimou est l'un des talents les plus prometteurs de sa génération. En 2015, la jeune créatrice d'origine marocaine décide de lancer "Aswad" (qui signifie noir, en arabe), son atelier de confection d'accessoires en cuir minimalistes, unisexes et intemporels.

Fabriquées dans son atelier parisien à partir de cuirs naturels et durables, ses créations sont marquées par un sens graphique, inspiré par l'architecture islamique et brutaliste, mais aussi par une connaissance pointue et une maîtrise parfaite du travail artisanal du cuir. C'elle qui enfant rêvait d'être architecte réalise elle-même, à la main, des pièces nécessitant plus de 15 heures de travail.

Pour sa première collection, la jeune femme dévoile une série limitée de 97 pièces numérotées, disponibles en deux nuances: noir et beige. Elle nous parle du Maroc et de son parcours d'excellence.

ASWAD inaugural collection shot by @alexandreguirkinger / SABAH tote bag / black leather

Et opslag delt af Aswad (@aswad.paris) den

HuffPost Maroc: Quel lien entretenez-vous avez le Maroc?

Sonia Ahmimou: Un lien familial. Deux tiers de ma famille paternelle et maternelle vit au Maroc, du côté de Ouarzazate et Foum Zguid pour mon père, et Meknès du côté de ma mère. J’aime l’artisanat, et le Maroc en est très riche. C’est une inspiration constante.

J’ai la chance d’avoir deux nationalités. Je chéris le Maroc pour sa culture, son histoire, sa beauté, sa cuisine et son architecture historique, je pense notamment aux écuries royales de Meknès. J’y ai passé énormément de temps durant mon enfance, les perspectives et les volutes y sont incroyables.

À quoi fait référence Aswad, le nom de votre marque ?

À la couleur noire et au minéral de Hajar el Aswad, littéralement de l'arabe "la pierre noire". La beauté et la profondeur du noir m’inspirent. Le minéral, lui, m’évoque la force et la pérennité.

Vous avez fait vos armes des les ateliers Louis Vuitton, Hermes et Moynat. Parlez-nous de cette expérience...

J’ai débuté il y a 10 ans dans les ateliers Louis Vuitton, puis Hermès et ensuite Moynat. À chaque entrée dans ces ateliers, j’ai fait la rencontre d’un ou deux artisans qui m’ont pris sous leurs ailes et m’ont transmis leurs savoir-faire et secrets. La maroquinerie est véritablement une histoire de transmission: c’est en faisant que l’on apprend, avec toute la patience et l’humilité que cela implique. C’est un environnement très généreux.

sonia ahmimou

En tant que créatrice d'origine marocaine, avez-vous fait face à des défis particuliers ?

Chaque parcours est singulier en France. L’héritage que chacun porte avec lui a des avantages et des inconvénients, connait des obstacles et apporte des richesses. Je pense être chanceuse, aujourd’hui, je fais ce que j’ai toujours voulu faire.

Qu'est ce qui vous a poussée à créer Aswad ?

Je suis de ces personnes qui aiment construire et fabriquer depuis mon plus jeune âge. J’ai toujours été très manuelle, j’ai un grand besoin d’exprimer cela. J’ai créé Aswad, aussi, pour le plaisir d’entreprendre. C’est un beau défi, avec tous les doutes et la complexité que cela comprend.

Comment décririez-vous votre marque?

Contemporaine, urbaine et artisanale.

Votre trait de personnalité dominant?

Je suis d’une très grande patience.

ASWAD inaugural collection shot by alexandreguirkinger / RIHAM backpack / black

Et opslag delt af Aswad (@aswad.paris) den

LIRE AUSSI: