Les plus belles vagues de l'Islande sous la lentille du photographe et explorateur Chris Burkard

Publication: Mis à jour:
CHRIS BURKARD
Chris Burkard/Under An Arctic Sky
Imprimer

Prenez un photographe explorateur reconnu autant pour son talent que pour sa fascination des pays lointains, sauvages et glaciaux. Ajoutez une passion équivalente pour le surf et la photographie ainsi que des camarades de voyage qui n'ont peur de rien. Saupoudrer le tout de paysages à couper le souffle, d'intempéries formant la tempête du siècle et d'un moment plus-que-parfait qu'on n'attendait plus. Vous obtiendrez un aperçu du périple islandais ayant mené à la réalisation du plus récent film de Chris Burkard, Under An Arctic Sky. Une œuvre attendue qui a été présentée en grande première à Montréal et à Québec la fin de semaine dernière.


À la poursuite de LA plus belle vague glacée

Quelques minutes à écouter parler ce dernier de sa passion pour la photographie, les voyages et le surf suffisent à comprendre l'engouement des gens pour son travail, mais surtout, pour qui il est et ce qu'il représente (la liberté, l'aventure, l'appel de la nature).

"Under An Arctic Sky est une histoire d'amour avec les eaux glaciales, plus précisément avec le surf en eaux glaciales, a expliqué Chris Burkard. Ce film est né de ma fascination et de mon amour pour ces endroits difficiles à atteindre, qui suscitent en moi une émotion que je désirais faire vivre en images. C'est aussi une ode à l'importance d'accepter l'inconnu, de se laisser inspirer par ce qui se trouve à l'extérieur de cette zone connue formant notre vie."

Impossible de ne pas se laisser porter par les spectaculaires images de Chris Burkard qui forment Under An Arctic Sky. Des images empreintes de vérité, de montées d'adrénaline, de courage, de folie et d'urgence de vivre. Le récit d'un voyage débutant à Reykjavik, menant sur les routes plus qu'enneigées d'une Islande plongée dans la noirceur et la froidure. Un film mettant en vedette un groupe de surfeurs d'hiver à la poursuite de la plus belle vague glacée qui soit, qui se retrouvent soudainement coincés dans la tempête islandaise du siècle et qui, malgré les obstacles, réussissent à dénicher l'endroit et à vivre LE moment dont ils avaient toujours rêvé.



Laisser la nature faire son œuvre

"Au départ, nous avions rendez-vous avec ce pêcheur qui passait sa vie sur les tumultueuses eaux islandaises, a-t-il ajouté. Nous souhaitions que le film porte, non pas sur notre chasse à la plus belle vague, mais sur son histoire et les dangereuses aventures vécues sur son bateau. Le problème, c'est qu'une fois à bord, ce pêcheur nous a affirmé n'avoir aucune histoire particulière à raconter. Nous étions anéantis et nous nous demandions ce que nous allions faire de cette histoire quand une tempête s'est abattue sur l'île. Nous n'avions aucune idée de son ampleur, alors nous avons roulé dans ce qui s'avérait être la tempête du siècle en Islande (une très dangereuse idée). C'est là que nous avons compris que l'histoire évoluait et qu'il fallait rester ouverts à cette nouvelle histoire qui se construisait devant nous. Nous étions arrivés en Islande avec un plan et, en un instant, tout avait changé."

C'est en restant ouvert à cette histoire qui évoluait sous ses yeux que Chris Burkard a pu créer Under An Arctic Sky. Un film dont le sujet s'est soudainement transformé, misant sur l'importance de la relation que l'on forge avec ces environnements et cette nature parfois hostiles et donnant lieu à une scène finale -des surfeurs glissant sur de parfaites vagues glacées sous un ciel truffé d'aurores boréales- laissant les spectateurs pantois, les larmes aux yeux.

"Mère nature est toujours celle qui est en charge, ajoute le grand voyageur. Lorsque tu la laisses faire son œuvre, des moments magiques peuvent survenir. Cette tempête, la plus grosse survenue en Islande en 25 ans, a formé les plus belles vagues que j'ai vues de ma vie. Certains surfeurs islandais passent leur vie à chercher ce genre de vagues et voilà que nous étions au bon endroit, au bon moment. C'était, sur plusieurs points, le moment d'une vie. Le fait de trouver LA vague faisait que tous les risques que nous avions encourus en valaient finalement la peine. Après, ce sont les relations que tu construis avec la nature et à travers ces histoires qui comptent le plus. "

Avec les journalistes, raconteurs d'histoires et futurs explorateurs, Chris Burkard a partagé quelques conseils chargés d'émotion. "Ne faites pas ce métier parce que vous voulez faire des sous. Demandez-vous plutôt quel est votre but ultime. Recouvrir d'étampes les pages de votre passeport simplement pour prouver que vous avez voyagé ne durera qu'un temps. Il vous faut trouver votre but. Il faut aussi percer ce qui touche les gens et leur faire vivre l'émotion que vous avez vécue. C'est souvent en devenant un personnage de sa propre histoire qu'on y parvient."

Voyez quelques images du périple du photographe:

Close
Under An Arctic Sky de Chris Burkard
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.