À Manchester, un jeune musulman réconforte les passants en pleine rue

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Minutes de silence, marche des musulmans de la ville en solidarité aux victimes, chanter Oasis en chœur: Manchester tente de se remettre comme elle peut de l'attentat qui a eu lieu à l'issue du concert d'Ariana Grande lundi 22 mai. Parmi les nombreuses initiatives pour faire le deuil, celle d'un jeune musulman a beaucoup touché les habitants de la ville.

L'homme se tient debout les bras ouverts, un masque cachant son regard. A ses pieds, un écriteau: "Je suis musulman et je vous fais confiance. Et vous, assez pour me faire une accolade?", comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article.

A Manchester, après l'attentat qui a tué principalement des enfants et des parents, les passants viennent déposer des bouquets et des mots doux sur la place St Ann arrêtent leurs pas.

Ils s'agglutinent en demi-cercle, comme au spectacle. Certains hésitent, plus ou moins longtemps, et se lancent. Hipsters barbus, mamans, écolières en uniforme, un vieux monsieur indien en costume gris, des copines en robe légère y vont à deux. Un petit garçon jette ses bras autour de la taille du jeune homme, le déstabilisant un peu. "Oh merci! Une bonne journée à toi".

Au bout d'une heure de câlins, il craque

Personne ici pour trouver ça mièvre ou déplacé. "Un peu de chaleur, ça fait du bien", soupire une dame ronde d'une cinquantaine d'années, une frange sable et sel sur des yeux bleus rougis, le teint brouillé de larmes fraîches.

Sur cette place, devenue emblématique de l'affliction des Mancuniens, les fleurs s'amassent et débordent. C'est un défilé continu, dans un bruit de fond sourd, presque silencieux.

Une femme au T-shirt rock et lunettes noires dépose ses tulipes et met la main devant sa bouche, sa fille la prend par la taille. Un instituteur vient déposer des dessins des enfants de sa classe, pour dire "on pense à vous", et disparaît aussitôt.

Il ne le voit pas, son masque toujours sur les yeux, mais une queue s'est formée et désormais il distribue les "hugs" à la chaîne. Casquette noire, pantacourt bouffant et tennis, il porte un T-shirt blanc avec l'abeille de Manchester, mascotte ultra-résistante, avec le slogan "manic and proud" (déchaînée et fière).

Une heure et des centaines de câlins plus tard, il craque. "Merci à tous, je suis reconnaissant. Quand il se passe des choses effrayantes, certains se retrouvent parfois accusés de manière injuste, font l'objet de préjugés", explique-t-il aux derniers passants, qui l'applaudissent.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.