Limogeage du ministre du tourisme: le MPA dénonce "une machination diabolique" et un "lynchage médiatique sans précédent"

Publication: Mis à jour:
AMARA BENYOUNES
Archives
Imprimer

Le mouvement Populaire Algérie a décidé de briser le silence et de défendre son jeune cadre limogé du ministère du tourisme 48h après avoir été nommé à la tête dudit ministère.

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, le MPA rappelle que Messaoud Benagoun était avant d'être militant de sa formation politique un "secrétaire général du Mouvement national des étudiants algériens (MNEA), syndicat agréé après enquête du ministère de l’Intérieur et du ministère de l’Enseignement supérieur".

M Benagoun, lit-on dans le même communiqué, "s’est présenté aux élections législatives dans la wilaya de Batna le 4 mai dernier et à ce titre il a satisfait à toutes les obligations légales et il a notamment présenté un casier judiciaire vierge".

Contestant le bien fondé de la révocation de Messaoud Benagoun, Le parti de Amara Benyounes affirme avoir proposé plusieurs noms de militants du parti leurs CV pour le gouvernement. "Le choix du Premier ministre (qui) s’est porté sur Monsieur Benagoune dont le casier judiciaire et le diplôme seront rendus publics", soutient le MPA.

"Dans tous les cas de figure", rappelle le MPA "la responsabilité de l’enquête ne peut incomber à notre parti".
Le MPA qualifie la "mésaventure" de son cadre par une "machination diabolique" ayant jeté "en pâture l’honneur d’un jeune militant dont le seul crime est de vouloir servir son pays".

Dénonçant une cabale médiatique sans précédent, le parti de Amara Benyounes affirme avoir "attendu 24 heures pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants du lynchage médiatique". Il s’interroge, dans le même sillage, sur les véritables commanditaires de cette machination et de leurs objectifs cachés.

"Qui sont ces commanditaires qui cherchent à tromper l’opinion publique par des contrevérités infamantes ? Qui sont ces commanditaires qui, au nom de la lutte contre la corruption, cherchent à salir un parti politique ?" s'intérroge le MPA avant de reprendre la défense du ministre démis hier de ses fonctions par le chef de l'Etat. "Non Messieurs, Messaoud Benagoune n’est ni un délinquant, ni un corrompu. Si vous cherchez des corrompus et vous le savez, ils ne sont pas chez nous", conclut-on.

LIRE AUSSI: Deux jours après l'avoir nommé ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Bouteflika limoge Messaoud Benagoun

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.