On sait enfin comment le flamant rose arrive à garder l'équilibre sur une patte

Publication: Mis à jour:
PINK FLAMINGOS
Flamingoes on Lake Nakuru | prasit chansarekorn via Getty Images
Imprimer

SCIENCE - C'est une question que l'on se pose parfois en vacances ou devant un documentaire animalier, puis que l'on oublie: comment les flamants roses font-ils pour garder l'équilibre sur une patte quand ils dorment? Une interrogation qui passionne évidemment les scientifiques. Et justement, deux d'entre eux estiment avoir trouvé la solution, rapporte Science News.

Dans une étude publiée dans Biology Letters le 24 mai, ils affirment que le flamant rose est en réalité plus stable sur une patte que sur deux. Pour arriver à cette conclusion, les auteurs ont procédé en deux étapes afin d'analyser cet animal à la posture si étrange.

D'un côté, ils ont mis de petits flamants roses sur des appareils permettant de mesurer leur oscillation. Ils se sont alors rendu compte que les oiseaux étaient bien plus stables quand ils étaient calmes ou qu'ils dormaient que lorsqu'ils s'activaient. Un indice, pour les chercheurs, que la position d'équilibriste du flamant rose serait en réalité passive. Bref, que les muscles n'auraient pas besoin d'être actifs pour se maintenir ainsi.

Cadavre en suspension

Dans une seconde expérience, ils ont utilisé un cadavre de flamant rose donné par un zoo. Ils ont alors été étonnés de voir que celui-ci pouvait tenir en équilibre sur une jambe sans qu'aucun muscle ne soit activé. A l'inverse, impossible de le stabiliser sur ses deux jambes.

Pour les deux chercheurs, cela s'explique par la morphologie de ces étranges oiseaux. La hanche (hip) et le genou (knee) sont positionnés très haut sur le flamant rose. Ce que l'on prend pour un genou est en réalité une cheville.

biology letters

C'est la forme particulière de cet assemblage qui donne au flamant un point d'équilibre sur une seule patte, expliquent les chercheurs. Qui affirment que si l'évolution a permis à ces oiseaux de se reposer ainsi, c'est pour économiser de l'énergie. Jusqu'alors, les chercheurs imaginaient plus un mécanisme permettant de garder un maximum de chaleur ou de détendre certains muscles.

Bien sûr, la question n'est pas tranchée. Science News a ainsi interrogé des spécialistes des flamants roses qui ne sont pas d'accord avec cette conclusion. Il ne faut pas oublier le prix à payer en énergie pour replier l'autre jambe et la maintenir ainsi, met en garde Reinhold Necker, un biologiste allemand.

LIRE AUSSI: