Casablanca, 5ème ville la plus densément peuplée du monde

Publication: Mis à jour:
Imprimer

SURPOPULATION - 14.200. C'est le nombre d'habitants vivant au kilomètre carré à Casablanca. La capitale économique du royaume arrive, ainsi, à la cinquième place du classement des villes les plus densément peuplées de la planète.

Établi par le Forum économique mondial à partir des données des Nations unies, le classement recense les villes où la surpopulation est à son paroxysme.

Les villes asiatiques et africaines se taillent la part du lion: sur les dix villes les plus surpeuplées du monde, six sont en Asie, trois en Afrique et une en Amérique du Sud. Dhaka, la capitale du Bangladesh, arrive en tête avec pas moins de 44.500 habitants au kilomètre carré.

Elle est suivie de Bombay en Inde (31.700), Medellin en Colombie (19.700), Manille aux Philippines (14.800), Casablanca au Maroc (14.200), Lagos au Nigéria (13.300), Kota en Inde (12.100), Abuja au Nigéria (10.500), Singapour (10.200) et enfin Jakarta en Indonésie (9.600).

"Il existe diverses raisons pour lesquelles un grand nombre de personnes décident de s'installer dans les zones urbaines, mais, dans la majorité des cas, cela se résume au simple fait que les villes sont là où le travail est", indique le Forum économique mondial dans un communiqué.

Actuellement, plus de la moitié de la population mondiale vit dans les zones urbaines et cette proportion devrait atteindre 66% d'ici 2050, selon les prévisions de l'ONU, avec près de 90% de l'augmentation concentrée en Asie et en Afrique.

Selon le recensement général de la population effectué par le Haut commissariat au plan (HCP) en 2014 au Maroc, la région de Casablanca-Settat compte 6.861.739 habitants, dont 31.239 étrangers et 6.830.500 Marocains. La préfecture de Casablanca compte 3.359.818 habitants.

Dans Casablanca, c'est la préfecture d’arrondissements de Sidi Bernoussi qui est la plus peuplée avec 627.968 habitants, soit un peu moins que la préfecture de Settat (634.184 habitants) et d'El Jadida (786.716 habitants) au niveau de la région.

LIRE AUSSI: Faire de Casablanca une smart city, est-ce (vraiment) possible? (ENTRETIEN)