Voici ce qui pollue le plus souvent les relations entre une mère et son enfant, selon plusieurs psys

Publication: Mis à jour:
MOTHER DAUGHTER CONFLICT
Voici ce qui pollue le plus souvent les relations entre une mère et son enfant, selon plusieurs psys | MachineHeadz via Getty Images
Imprimer

PSYCHOLOGIE - On les aime mais parfois, qu'est-ce qu'elles nous agacent! Trop inquiètes, trop envahissantes, trop distantes, trop incompréhensives... Trop, trop, trop... On peut trouver tous les défauts du monde à notre maman, même si en ce dimanche 28 mai, jour de fête des mères, on va mettre de côté tous nos différends.

Mais dans certains cas, ces comportements ne sont pas seulement agaçants, ils viennent vraiment polluer la relation entre une mère et sa fille ou son fils. Le HuffPost a demandé à cinq psychologues, thérapeutes ou psychiatres, de raconter quels sont les problèmes principaux auxquels ils sont confrontés dans leurs cabinets dans les relations mère-enfant.

La mère qui s'est trop sacrifiée et son enfant qui se sent redevable

Pour Florence Beuken, thérapeute familiale, chaque histoire est singulière et si rancœur il y a, elle est propre à une famille.

Mais elle reconnaît que, régulièrement, certains enfants ne se sentent pas à la hauteur. "Certaines mères en sont presque à se sacrifier pour leur enfant qui, ensuite, se sent redevable." C'est un problème pour le jeune adulte qui se sent coupable de ne pas correspondre à l'image que se faisait sa mère de lui. Mais cela peut aussi en être un pour la mère. "Les femmes culpabilisent de prendre du temps pour elles, elles se donnent à 200% dans l'éducation, on voit parfois des cas de burn-out parental... Puis, un jour, les enfants partent et elles se demandent: qu'est-ce que j'ai fait de ma vie?", explique Florence Beuken.

La mère qui a trop aimé... ou pas assez

Pour Christine Barois, psychiatre et pédopsychiatre, une mauvaise relation avec sa mère vient souvent d'un surplus ou d'un défaut d'amour. "Les gens ne nous aiment pas comme on voudrait qu'ils nous aiment ou inversement, on n'aime pas comme l'autre voudrait être aimé", constate-t-elle.

"Une mère peut être trop proche de son enfant, qui se sent étouffé. Ou alors trop distante de lui, et il ressent le manque. Chaque mère a le potentiel pour être trop abusive ou trop distante", poursuit-elle. A noter que, quoi qu'il en soit, chaque enfant a en lui l'image d'une mère idéale. Face à la réalité, il y a dissonance, ce qui le conduit à faire des reproches à sa mère.

A l'inverse, un enfant peut tout à fait ne pas porter assez d'amour à sa mère. "Pendant l'adolescence notamment, certains mettent vraiment à distance leur mère, qui les trouvent alors ingrats, et cela nuit beaucoup à la relation."

La mère qui a gardé un secret de famille

Bien sûr, la "mère envahissante", qui a un comportement étouffant car elle veut réaliser son idéal à travers son enfant, existe. Mais pour Thierry Delcourt, auteur de "Je suis ado et j'appelle mon psy", c'est loin d'être le seul comportement susceptible de venir polluer une relation mère-enfant.

Ce psychiatre et pédopsychiatre a pu constater des cas de relations de dépendance néfaste lorsqu'un enfant, "suite à un choc de la vie, revient vers le parent". Il y a aussi les enfants, adolescents ou adultes qui "de par leur sentiment de toute puissance, qui va au-delà du simple fait de souhaiter construire sa personnalité, viennent envenimer la relation".

Autre problème récurrent dans les familles: les non-dits et les secrets. "Ils sont là, en sous-terrain. Sauf que les adolescents perçoivent l'intra-verbal: même s'ils ne savent pas de quoi il s'agit ils vont réagir. C'est le cas, par exemple, d'un enfant qui naît après la mort d'un autre enfant, ou un mensonge autour d'un père qui s'est suicidé. Les non-dits peuvent sauter à la figure."

La mère envahissante qui ne laisse pas son enfant être qui il est

Carole Bloch, coach familial et psychothérapeute, voit surtout s'affirmer le conflit entre les mères et les filles. "Certaines mères très envahissantes ne laissent pas leur fille être ce qu'elles sont. Elles les voient comme des prolongements d'elles-même. Ce sont des mères toxiques qui peuvent être agressives par la parole ou ne relever que le négatif concernant leur enfant. La mère se voit en miroir dans sa fille. Elle attaque sa fille sur son poids par exemple".

Pour se sortir d'une telle relation, cela demande un vrai travail de la part de l'enfant devenu adulte: "Les filles s'en rendent compte souvent à l'âge adulte. Avant, cela demande une grande maturité d'esprit. C'est une prise de conscience difficile pour la fille comme pour la mère. Et, dans cette perspective, il faut vraiment garder en tête qu'on ne peut pas changer sa mère. Il faut savoir dire "stop", la mettre à distance. Ce sera difficile pour la mère pendant les premières semaines, les premiers mois ou même les premières années."

La mère qui s'invite dans le couple de son enfant

Camille Rochet, psychologue et thérapeute de couple, reçoit beaucoup de couples dans son cabinet. Les problématiques autour de la figure maternelle sont récurrentes. "Dans les problèmes de couple que j'entends dans mon cabinet, la figure de la mère revient souvent. Une mère qui a une relation très fusionnelle avec son fils par exemple, à tel point que son mari ne trouve plus sa place. Une mère tiraillée entre la mère qu'elle a envie d'être et qui va voir 5 à 6 fois par nuit si son enfant dort bien et la femme que son mari veut retrouver. Tout cela crée un conflit de loyauté, une rivalité entre le père et l'enfant.

Le rôle des parents, c'est de rendre autonomes leurs enfants. Un des problèmes très courant dans la relation mère-enfant, c'est aussi quand la mère n'arrive pas à lâcher son enfant à l'âge adulte, qu'elle est très présente jusque dans son couple."

Face à ce type de problèmes, il faut savoir faire des compromis et balayer devant sa porte. Nous avons aussi notre part de responsabilité dans la relation que nous entretenons à l'âge adulte avec notre mère: "La grosse erreur c'est de vouloir changer notre mère. Elle veut passer avec des vacances de 15 jours cet été? Si vous n'arrivez pas à la supporter plus de 5 jours, restez ce laps de temps, pas plus. En tant qu'adulte, on est responsable de cette relation. Il faut donc réussir à mettre un peu de distance et d'éviter ce qui est conflictuel. L'idée n'est pas de tout lui mettre sur le dos. Il faut savoir aussi se remettre soi-même en question".

LIRE AUSSI: