Lancement de la construction du plus grand télescope du monde au Chili

Publication: Mis à jour:
TELESCOP
A man takes a picture through a telescope of Venus transiting across the Sun at the Vienna Urania observatory in Vienna on June 6, 2012. Sky-gazers around the world held up their telescopes and viewing glasses on June 6 to watch Venus slide across the sun -- a rare celestial phenomenon that will not happen again for more than 100 years. The spectacle began shortly after 2200 GMT on June 5 in parts of North America, Central America and the northern part of South America, and was seen, with magnif | AFP via Getty Images
Imprimer

La présidente chilienne Michelle Bachelet a lancé vendredi 26 mai la construction du plus grand télescope du monde, dans le nord du pays, capable de capter des images en direct de planètes hors du système solaire, rapporte l'APS.

Les vents puissants soufflant sur le site, à 3.000 mètres d'altitude dans le désert d'Atacama, ont empêché la présidente de poser symboliquement la première pierre du Télescope extrêmement grand (ELT), qui sera construit par l'Observatoire européen austral (ESO).

Bénéficiant d'un ciel totalement dégagé une grande partie de l'année, dans un air sec et froid, le nord du Chili abrite déjà les plus importants télescopes au monde, espérant concentrer 70% de l'infrastructure astronomique mondiale d'ici 2020. Ce "saut géant de capacité est aussi grand que celui qu'a expérimenté Galilée quand il a regardé le ciel nocturne avec un petit télescope", a affirmé le directeur général de l'ESO, Tim de Zeeuw. "Il est d'ailleurs possible que l'ELT trouve des preuves de vie ailleurs", a-t-il ajouté.

Le télescope aura un diamètre de 39 mètres et sera situé sur un énorme dôme de 85 mètres de diamètre. Le chantier, d'un budget d'un milliard d'euros, aboutira en 2024. Seize pays participent à l'Observatoire européen austral, dont la France, l'Allemagne, l'Italie et le Royaume-Uni, associés au Chili.

Les vents puissants soufflant sur le site, à 3.000 mètres d'altitude dans le désert d'Atacama, ont empêché la présidente de poser symboliquement la première pierre du Télescope extrêmement grand (ELT), qui sera construit par l'Observatoire européen austral (ESO).

Bénéficiant d'un ciel totalement dégagé une grande partie de l'année, dans un air sec et froid, le nord du Chili abrite déjà les plus importants télescopes au monde, espérant concentrer 70% de l'infrastructure astronomique mondiale d'ici 2020. Ce "saut géant de capacité est aussi grand que celui qu'a expérimenté Galilée quand il a regardé le ciel nocturne avec un petit télescope", a affirmé le directeur général de l'ESO, Tim de Zeeuw. "Il est d'ailleurs possible que l'ELT trouve des preuves de vie ailleurs", a-t-il ajouté.

Le télescope aura un diamètre de 39 mètres et sera situé sur un énorme dôme de 85 mètres de diamètre. Le chantier, d'un budget d'un milliard d'euros, aboutira en 2024. Seize pays participent à l'Observatoire européen austral, dont la France, l'Allemagne, l'Italie et le Royaume-Uni, associés au Chili.