16 artistes marocains exposent leurs oeuvres aux Rencontres Photographiques de Rabat

Publication: Mis à jour:
HICHAM BENOHOUD
Les artistes présenteront leur travail sur le thème "espace public-espace privé". | HICHAM BENOHOUD
Imprimer

EXPOSITION - Jusqu'au 20 juin, la deuxième édition des Rencontres Photographiques de Rabat, organisée par la Fondation CDG et l’Association marocaine d’art photographique, met en avant le travail de 17 photographes marocains installés au Maroc ou à l'étranger. L'exposition a lieu à l'Espace Expressions CDG et à la Galerie Bab Rouah.

Pour ce deuxième rendez-vous, c'est le thème "espace public-espace privé" qui a été choisi. "La thématique et le choix des photos reflètent l’idée de l’engagement de ces artistes vis-à-vis des changements de la société marocaine avec un regard particulier. Les artistes évoquent la vie des Marocains et le rapport qu’ils entretiennent avec ces lieux qui nous saisissent", soulignent les organisateurs.

Aux côtés du photographe franco-suisse, Michael Zumstein, invité d'honneur des Rencontres 2017, Hicham Benohoud, Ali Chraïbi, Jamal Mehssani, Thami Benkirane, Abdelghani Bibt, Nabil Boudarqa, Muhcine Ennou, Fouad Maazouz, Abderrahmane Marzoug, Fatima Mazmouz, Hassan Nadim, Rachid Ouettassi, Amine Oulmakki, Said Rais, Miloud Stira et Zakaria Wakrim présenteront leur vision artistique du thème. "Les photographies présentent des moments de la vie quotidienne, des personnages qui avancent impassibles, anonymes, invisibles, des bâtisses et paysages figés, des mises en scène cocasses, tout ce qu’il y a de plus banal à ceci. Le photographe fait réfléchir le spectateur et lui fait relever la tête. Ces photographies émouvantes nous poussent à nous interroger sur le regard que l’on pose sur les gens, sur les choses et sur notre environnement qu’il soit public ou privé."

Ainsi, Amine Oulmakki s'amuse à mettre en scène la richesse orientale que représentent les riads.

amine oulmakki

Miloud Stira nous emmène sur les gradins d'un stade de foot, après l'euphorie.

miloud stira

Fatima Mazmouz s'intéresse à l'avortement au travers de sa série "À corps rompu".

fatima mazmouz

Les Rencontres Photographiques de Rabat seront aussi l'occasion d'interroger le statut du photographe au Maroc et ses enjeux dans la société marocaine, dans le cadre de débats et tables rondes. Des projections photographiques rendront aussi hommage aux pionniers de cet art.

Voici un avant-goût du travail des autres photographes présentés à Rabat jusqu'au 20 juin.

Close
Découvrez les autres photographes
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
LIRE AUSSI: