Une campagne solidaire pour construire des écoles préscolaires dans les zones rurales au Maroc

Publication: Mis à jour:
EDUCATION MOROCCO KIDS
Fondation Zakoura
Imprimer

ÉDUCATION - Trouver des financements pour la construction de plusieurs écoles de préscolaire dans les zones rurales du Maroc. C'est l'objectif principal de la campagne solidaire #PreschoolHeroes75, lancée cette semaine par la Fondation Zakoura qui oeuvre depuis 20 ans pour le développement humain par le biais de l'éducation des jeunes et l'autonomisation des femmes.

L'initiative, qui s'inscrit dans le cadre de l'Action nationale pour l'éducation de la petite enfance en zone rurale (ANEER), propose une nouvelle façon de lever des fonds en s'inspirant du crowdfunding. C'est Rita El Kadiri, directrice générale Développement et partenariats de la fondation, qui en a eu l'idée en lançant sur Facebook un appel à solidarité auprès de sa communauté: "Et si je vous disais qu'avec 75 amis, on peut créer une école préscolaire en zone rurale?".

Pari réussi puisque l'appel de la responsable a été entendu par ses amis et connaissances, mais aussi par des entreprises qui soutiennent à présent le projet dont Maghreb Steel, Dislog, Shem's Publicité ou encore Microsoft. Grâce à leurs dons, une première école a déjà vu le jour dans le douar Ouled Bourguiaa, dans la province de Sidi Bennour et deux autres sont en construction pour ouvrir dès la prochaine rentrée scolaire, a-t-elle fait savoir lors d'une conférence de presse tenue à Casablanca.

"Le moment est grave"

"Le modèle économique est le moins cher de tout ce qui peut se faire dans le monde entier puisque une école c'est 300.000 dirhams pour 75 enfants sur deux ans, soit à peine 5,60 dirhams par personne et par jour. Ce n'est même pas le prix d'un paquet de cigarette", explique de son côté le président de la fondation Zakoura, Jamal Belahrach. "Le préscolaire est un problème majeur pour notre pays, il y a 500.000 enfants qui n'ont aucune possibilité d'aller à l'école aujourd'hui dans le monde rural", poursuit-il, estimant que "le moment est grave".

"Je ne comprend pas pourquoi on n'arrive toujours pas à mettre les moyens qu'il faut pour régler ce problème. Notre pays n'a pas d'avenir si on ne s'occupe pas du préscolaire et l'État seul ne peut pas réussir ce projet d'où la nécessité de créer des écosystèmes avec les associations et organisations".

Pour encourager le maximum de personnes à contribuer à la construction de ces écoles et fédérer un grand nombre de donateurs, la fondation a lancé le 16 mai dernier un appel à ambassadeurs. Ces derniers seront chargés de porter le projet auprès des membres de leurs communautés pour qu'ils deviennent ensuite eux-mêmes des "Preschool Heroes".

Leila Ghandi et Nacer Ibn Abdeljalil ambassadeurs

Leila Ghandi, productrice, réalisatrice, animatrice télé et photographe, a été la première à répondre à l'appel de la fondation. "Je n'ai pas hésité à accepter, c'est une opportunité unique. L'objectif est d'encourage d'autres ambassadeurs à rejoindre cette initiative", a-t-elle fait savoir.

Pour elle, "l'éducation peut régler beaucoup de choses dont le terrorisme et la violence dans la société". "J'espère que ce projet emportera avec lui la société marocaine et permettra à tout le monde de participer au changement", poursuit-elle.

Parmi les premiers ambassadeurs du projet, il y a aussi Nacer Ibn Abdeljalil, premier Marocain à avoir gravi le sommet de l'Everest en 2013, mais aussi Houda Lahrech et Driss Aquachar, deux collaborateurs de la Banque mondiale pour la reconstruction et le développement (BERD).

"Nous avons la chance d'avoir tous ces ambassadeurs, ça nous mobilise et nous motive, ça nous fait croire qu'il est encore possible d'aller d'au-delà d'un schéma éducatif qui est aujourd'hui dépassé", confie au HuffPost Maroc Jamal Belahrach.

Une fois les fonds réunis, la fondation identifiera un ou plusieurs sites d'implantation qu'elle aménagera ensuite et équipera en matériel nécessaire. Elle se chargera également de la formation des éducatrices et de la gestion de l'école pendant les deux premières années, le temps de transférer cette tache à des associations locales qui seront progressivement "renforcées".

Le programme ANEER, lancé en avril 2015, par la Fondation Zakoura, a permis de sécuriser à ce jour les fonds de plus de 80 écoles dont 58 sont déjà opérationnelles. Il ambitionne de préscolariser 50.000 enfants à travers la création de 500 écoles et de créer plus de 1.000 emplois en sein des douars concernés.

La Fondation Zakoura, elle, a été créée en 1997. Elle a permis de bénéficier selon ses responsables à plus de 143.000 enfants jeunes et femmes. À travers son programme d'éducation non formelle, 419 écoles ont vu le jour et ont permis la scolarisation de près de 20.000 enfants "en dehors du système scolaire ".

LIRE AUSSI: