Cette BD raconte la vie secrète des parents avec humour

Publication: Mis à jour:
COUPLE
MICHEL LAFON
Imprimer

VIE DE FAMILLE - L'illustratrice et blogueuse, Nathalie Jomard, a publié le tome 3 de sa BD "Le petit grumeau illustré', ce 24 mai. Elle dessine la vie de famille avec humour, mais toujours de façon réaliste depuis 2008 sur son blog qui est à la fois sa "cour de récré" et son "défouloir".

Désormais plus de 58.000 personnes suivent l'illustratrice sur son compte Facebook. "Très rapidement, le blog a conquis un public de plus en plus grand et large et j'ai réalisé que mes notes, au-delà du fait qu'elles témoignaient de mon expérience personnelle, relevaient également de quelque chose de plus large et de plus universel: le quotidien de tous les parents", explique Nathalie Jomard au HuffPost. Elle décide alors de rassembler ses dessins dans des BD.

Dans le tome 1, Nathalie Jomard découvrait les joies de l'éducation avec son premier enfant."Avec ma première fille, tel un Christophe Colomb de l'expédition pédiatrique, j'ai découvert le continent inexploré (pour moi) de la parentalité. Tout était nouveau, tout était exotique. Parfois, c'était cocasse", raconte-elle. La dessinatrice a écrit un second tome lorsqu'elle était enceinte de son deuxième enfant. Dans le tome 3, Nathalie Jomard est désormais mère de deux enfants...

Une histoire universelle

La blogueuse assure ne pas raconter sa propre histoire, mais seulement de s'en inspirer. "Je raconte le quotidien de beaucoup de parents. Nous traversons tous des expériences communes en tant que parents (les nuits sans sommeil, les couches, les premiers mots, les premiers pas, etc). C'est ma propre histoire et celle de millions d'autres gens", affirme l'auteure de la BD.

Un des sujets évoqués par l'illustratrice dans ce tome 3 est la pression sociale sur la question "qu'est-ce qu'une bonne mère?". Intitulé "mytho" on y voit la jeune maman raconter à une autre mère à quel point ses enfants sont "adorables" pendant que plus loin, ils sont en train de se battre.

bd

"Je ne pense pas que des parents mentent au sujet de leurs enfants. (...) Je pense plutôt que la pression sociale est tellement forte sur la question 'qu'est-ce ce qu'une bonne mère ?' que certaines mamans tentent comme elle le peuvent de se conformer à un modèle standardisé (sorti de je-ne-sais-où) de la 'bonne mère' histoire de se rassurer. Cette question n'a pas de sens", estime Nathalie Jomard.

D'ailleurs, la question se pose moins chez les hommes pour la dessinatrice. "Peut-être parce que socialement la pression est moins forte sur eux", poursuit-elle. "Le jour où on ne cherchera plus à convaincre l'univers et ses annexes qu'on est une bonne mère parce qu'on a allaité ses enfants au sein jusqu'à leurs 3 ans ou qu'on leur cuisine des petits pots avec des légumes bio de notre potager, on aura fait un grand pas en avant vers une parentalité assumée, décomplexée et bienveillante", assure Nathalie Jomard.

Dans le Tome 3, l'illustratrice s'attaque aussi à la comparaison de la vie avec deux enfants par rapport à la vie d'avant. Dans son dessin, on voit la jeune maman épuisée après une séance de sport avant d'avoir des enfants. "Tombouctou/Melun en 52 min et j'en ai encore sous la pédale", s'exclame la jeune femme. Puis on l'observe quelques années plus tard mère de deux enfants épuisée cette fois par ses deux "grumeaux"."Le dépassement de soi et les records olympiques se réalisent quelque part à mi-chemin entre le gaver de purée carotte/jambon sur cible mouvante et le triathlon souper-bain du soir-dodo", écrit la dessinatrice.

bd 2

bd3

Pour autant, aucun regret de la part de l'illustratrice quand elle évoque sa nouvelle vie! "C'est comme une deuxième naissance. Vous percevez le monde différemment. Votre centre de gravité se déplace. Les enfants deviennent un peu le nombril de votre petit monde", confie-t-elle.

Autre sujet important aux yeux de l'auteure de la BD, l'entretien de la flamme dans le couple. Dans un de ses dessins, on peut voir un couple plus amoureux que jamais, le cadre semble idyllique. Mais dans le dessin suivant, c'est l'envers du décor. Les deux parents doivent s'occuper des enfants, car le métier de parents, c'est à plein temps!

bd couple 1

bd couple 2

Bien qu'elle évoque le sujet, Nathalie Jomard assure ne pas connaître le secret pour entretenir la flamme dans un couple de parents. "Si j'avais la réponse à cette délicate question, j'irais de ce pas la déposer à l'INPI, plaisante-t-elle. Je dirais que la meilleure réponse à cette question est ils (les parents) font comme ils peuvent. C'est système D, bricole et bidouillage. Tu deviens le Mac Gyver du romantisme furtif entre deux biberons et trois couches à changer", affirme la dessinatrice.

Autre sujet illustré dans la BD, "le blues abandonnique du crampon maternel". Sur une planche, on voit la jeune maman en larme le jour de la rentrée. Cependant, Nathalie Jomard assure ne pas être comme cela. "J'en rajoute un peu dans mes dessins. Extérieurement, j'ai l'air impassible, mais intérieurement, je hurle à la lune. Mes dessins sur ce thème précis sont donc le reflet de mes tourments intérieurs (qui restent intérieurs)", explique la dessinatrice.

pleurs

Ce tome 3 aborde aussi la galère des devoirs. Et la dessinatrice semble avoir un problème particulier avec les maths. "Je suis effectivement une quiche olympique en mathématiques. Je suis plutôt une littéraire. Mais comme je fais bien mon darwinisme comme il faut, j'ai choisi un matheux pour faire des bébés. Du coup, à nous deux, on gère les devoirs sans problème. À moi, les matières littéraires, à lui les matières scientifiques", assure Nathalie Jobart.

devoir 1

devoir 2

Même si on ne sait toujours pas pourquoi Nathalie Jobart a décidé de surnommer les enfants "grumeaux" dans ses dessins, il est clair que les situations évoquées sont "universelles". "Je veux mettre en dessin des situations qui feront écho chez les lecteurs, les renvoyant à leur propre vécu. Ça crée une sorte de sentiment de communauté qui est parfois rassurant pour certains", affirme la dessinatrice.

LIRE AUSSI: