Propos polémiques sur les chiites et chrétiens: le ministère des Habous dément

Publication: Mis à jour:
AHMED TOUFIQ
Propos polémiques sur les chiites et chrétiens: le ministère des Habous dément | MAP
Imprimer

DÉMENTI - Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a démenti, vendredi 26 mai, les propos attribués au ministre, Ahmed Toufiq, qui aurait traité les chiites et les chrétiens marocains de "virus contre la nation".

Dans une mise au point, le ministère indique que "certains organes de presse ont délibérément altéré les propos" tenus par le ministre, "lors de la discussion du projet du budget sectoriel de ce département devant la commission des affaires étrangères (...) à la Chambre des conseillers, lui prêtant une prétendue atteinte à certains rites et religions".

Le ministère "ne peut que démentir catégoriquement ces assertions, en rappelant que les présidents des institutions religieuses au royaume, chrétiennes notamment, connaissent de très près la personne du ministre, son esprit de tolérance et d’ouverture, ainsi que son grand respect pour les adeptes des autres religions", ajoute la même source.

Le ministère note que "ces assertions trahissent des desseins de mauvaise foi".

Le quotidien Akhbar Alyaoum avait rapporté jeudi les propos que le ministre aurait tenus lors de la commission parlementaire. Il aurait ainsi dit que l’État "sait tout" sur les chiites et chrétiens marocains, "combien ils sont, où ils se rencontrent et ce qu’ils font".

S'exprimant sur le prosélytisme, il aurait également déclaré: "la priorité pour moi est d'immuniser le grand corps (de la nation), mais cela ne veut pas dire qu'il est exempt de la maladie. Les virus, quand ils entrent en collision avec un corps fort et sain ne sont pas comme lorsqu'ils entrent en collision avec un corps vulnérable et malade".

Interrogé par nos confrères de Médias24, le ministre "a nié avoir traité les chiites et les chrétiens de virus, mais estimé que ceux qui sont politisés peuvent être un danger contre lequel la société est immunisée par le sunnisme malékite".

LIRE AUSSI: Chrétiens du Maroc: Les nouveaux convertis en quête de reconnaissance