Pourquoi les chèvres qui grimpent dans les arganiers aident (sans le savoir) les agriculteurs

Publication: Mis à jour:
GOATS MOROCCO
Pourquoi les chèvres qui grimpent dans les arganiers aident (sans le savoir) les agriculteurs | Martin Moxter
Imprimer

VIE ANIMALE - Si vous êtes déjà allés dans le sud-ouest du Maroc, vous avez certainement croisé au bord de la route des dizaines de chèvres perchées en haut des arganiers. Cette image insolite qui suscite la curiosité des touristes et des photographes n'a rien d'anodin.

Car les chèvres qui grimpent, parfois aidées par les éleveurs, pour manger les fruits charnus de l'arbre, font en fait un vrai travail d'agriculteurs. En ruminant la coque dure et la pulpe entourant la noix qu'elles recrachent par terre, trop grosse pour être avalée, elles participent à la dispersion des graines de l'arbre, favorisant ainsi sa reproduction.

C'est une équipe de chercheurs espagnols et portugais qui a mené une étude sur ce sujet, publiée début mai dans la revue Frontiers in Ecology and the Environment. "Le but de notre recherche était de vérifier que les chèvres régurgitaient les noix des fruits de l'arganier en ruminant, car nous avons émis comme hypothèse que cela pourrait être un potentiel mécanisme de dispersion des grandes graines", expliquent les auteurs de l'étude.

argan fruit

Le fruit de l'arganier

Une hypothèse contraire à certaines croyances populaires selon lesquelles les chèvres mangeraient la noix qui traverserait leur tube digestif et serait recueillie, à l'arrivée, par les éleveurs pour en faire de l'huile d'argan, qui sert de produit cosmétique ou alimentaire. "Les chèvres ne défèquent généralement pas les grandes graines. Nous étions donc sceptiques quant à leur capacité à déféquer des noix d'environ 22 mm de longueur et 15 mm de largeur en moyenne", soulignent les auteurs de l'étude.

À l'instar de certaines chèvres qui mangent les fruits d'oliviers et de palmiers nains en Espagne et recrachent les noyaux, "les chèvres marocaines régurgitent la plupart du temps les noix d'argan en ruminant, bien que les régurgitations et les excréments trouvés sur le sol soient généralement mélangés, ce qui entraîne des malentendus sur la façon dont les noix ont été expulsées", précisent-ils.

Ainsi, si certains oiseaux participent à la dispersion des plantes dans d'autres environnement naturels en transportant des graines dans leur bec, les chèvres du sud du Maroc le font simplement en ruminant. Et participent, en quelque sorte, à l'extension des arganeraies. Ce phénomène est une variation de l'endozoochorie, un processus de dispersion des graines par les animaux via la digestion, qui présente des avantages puisqu'il permet l'extension d'une espèce et la diversification de son patrimoine génétique.

argan

La noix d'argan

"Bien qu'une partie des ruminants domestiques vivent en permanence dans des enclos clôturés (et sont donc incapables de disperser les graines dans le champ), leurs homologues sauvages sont certainement en mesure de mobiliser de grandes quantités de semences viables", indiquent les auteurs de l'étude.

S'il est peu probable que les graines de certaines espèces de plantes survivent après être passées par le tube digestif des ruminants, la mastication et le crachat de celles-ci pourraient donc représenter le seul moyen de dispersion de ces espèces.

LIRE AUSSI: Ces chèvres adorent monter sur d'autres animaux, entre autres (VIDÉO)