Un nouveau traitement préventif contre le sida bientôt au Maroc

Publication: Mis à jour:
HIV
Un nouveau traitement préventif contre le sida va être lancé au Maroc | oatawa via Getty Images
Imprimer

SANTÉ - Environ 24.000 Marocains vivent avec le VIH, mais plus de la moitié d'entre eux l'ignorent. Afin de réduire les risques de propagation du sida, notamment chez les populations à risque, comme les prostitué(e)s ou les homosexuels, le Maroc s'apprête à lancer un nouveau traitement préventif.

Baptisé PrEP, pour "prophylaxie pré-exposition", ce traitement sera distribué auprès de personnes ciblées à Agadir, Marrakech et Casablanca, villes qui regroupent 51% des cas de VIH toutes populations confondues. La PrEP, qui consiste en la prise quotidienne d'un traitement antirétroviral (à base de tenofovir disoproxil fumarate) est considéré comme aussi utile que le préservatif, pour prévenir l'infection.

La PrEP "permet de réduire la transmission jusqu’à 92% quand le traitement est pris correctement", explique au HuffPost Maroc Morgane Ahmar, chargée de plaidoyer à l'Association de lutte contre le sida (ALCS) au Maroc. "La PrEP est recommandée depuis 2015 par l’Organisation mondiale de la santé pour toutes les populations les plus exposées à l’infection à VIH. Dans la plupart des contextes, ce sont les professionnel(le)s du sexe et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes", ajoute-t-elle.

Un outil de prévention supplémentaire

Alors que l'utilisation du préservatif n'est pas encore automatique au Maroc - dans une enquête réalisée en 2013 auprès de Marocains de 15 à 24 ans, la moitié des personnes interrogées disaient ne pas avoir utilisé de préservatif lors de leur dernier rapport sexuel - la PrEP est ainsi "un outil supplémentaire et complémentaire des méthodes de prévention classique", explique Morgane Ahmar.

"Elle revêt un intérêt majeur pour les populations clés qui sont, d’une part, plus exposées et, d’autre part, plus vulnérables au VIH", rappelle-t-elle, comme les prostituées qui subissent parfois des violences de la part de leurs clients qui les forcent à ne pas utiliser de préservatif. "Il est donc important que les personnes, qui en ont besoin, aient accès à l’ensemble des outils de prévention disponibles et recommandés".

Intégrée au plan stratégique national de lutte contre le VIH/sida, pour la période 2017-2021, la PrEP sera disponible "prochainement" sur le territoire marocain. Elle sera distribuée, dans un premier temps, aux homosexuels et aux professionnel(le)s du sexe, où la prévalence du VIH est respectivement de 5% et de 2% contre 0,1% seulement dans la population générale.

Accessible en version générique au Maroc

Homologuée depuis 2012 aux Etats-Unis, disponible au public en France depuis fin 2015, la PrEP est peu disponible dans les pays dits du "Sud". En Afrique, le Maroc fera ainsi partie des rares pays à proposer ce traitement, après le Kenya et l'Afrique du Sud.

"L’ALCS a mené un plaidoyer auprès du ministère de la Santé pour faire autoriser ce traitement préventif, en collaboration avec les équipes du ministère et l’ONUSIDA", explique Morgane Ahmar. "La PrEP sera financée par le ministère de la Santé avec le soutien du Fonds Mondial, le principal bailleur international de la lutte contre le sida au Maroc", ajoute-t-elle.

Concernant le coût du traitement, la PrEP sera accessible en version générique au Maroc. Une boîte, valable pour un mois, coûtera l'équivalent de 5 dollars par patient, soit 60 dollars (un peu moins de 600 dirhams) par an. "En France, le même traitement coûte 500 dollars la boîte, soit 100 fois plus cher. Le Maroc s’en sort très bien", estime Morgane Ahmar. Cette dernière espère maintenant que la PrEP sera rapidement intégrée au tissu associatif "pour une disponibilité auprès des plus vulnérables".

LIRE AUSSI: Bientôt un test d'autodépistage du VIH au Maroc?