Les mécanismes de pêche thème d'une rencontre à Jijel

Publication: Mis à jour:
FISHING
scyther5 via Getty Images
Imprimer

Une journée de sensibilisation sur les nouveaux mécanismes de la pêche de plaisance a eu lieu mercredi 24 mai à Jijel. Cette rencontre a été l'occasion de soulever les problèmes liés à cette pêche et tracer les perspectives de son développement dans les wilayas de l’Est du pays.

Organisée au centre culturel Ahmed Hamani, cette journée s’inscrit dans le cadre des efforts consentis par le ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche pour assurer une percée de la profession de pêcheur, approuvée par le décret exécutif n 16-203 de 2016 relatif aux modalités et conditions de l’exercice de l’activité du transport maritime urbain et de plaisance maritime dans les wilayas côtières.

Dans une intervention portant sur ‘‘le modèle de gestion intégrée durable de la pêche de plaisance’’, la directrice de la pêche et des ressources halieutiques de la wilaya de Jijel, Nadia Ramdane, a affirmé que cette année la wilaya connaîtra les premières initiatives en matière de pêche de plaisance. Celles-ci se concrétiseront, selon elle, suite à la création d’aires maritimes protégées du parc national de Taza, précisant que quatre demandes ont été présentées, à ce sujet, par des pêcheurs des ports de Ziama Mansouriah et Boudis de Jijel qui attendent la prochaine saison estivale pour obtenir les permis d’exploitation.

La journée d'études a également été l'occasion de donner de la voix aux revendications des pêcheurs. Youcef Boutaleb, capitaine du bateau "Jijel 11" et l’un des représentants des pêcheurs, a souligné la nécessité de définir un cadre juridique spécial aux régions maritimes qui jouissent de protection dans le cadre de la période de repos biologique des poissons, pour les protéger davantage des violations de certains pêcheurs possédant de petites embarcations.

Il a également mis l’accent sur la nécessité de mettre en place de nouveaux textes qui détermineraient la qualité du filet en maille (40 mm) utilisé dans la pêche ordinaire et celle de loisir, et ne plus recourir aux filets flottants aux dimensions moyennes, pour préserver les ressources halieutiques à travers les aires maritimes protégées.

Ce même pêcheur a également considéré que le métier de pêcheur de plaisance doit ‘‘disposer d’une autorisation spéciale’’ qui le caractérisera de celui de la pêche ordinaire, pour que cette nouvelle profession soit vraiment bénéfique pour le secteur du tourisme dans la wilaya de Jijel.

A noter que la pêche de plaisance porte essentiellement sur l’activité de plaisance maritime et de loisirs et concorde avec l’exercice de la pêche ordinaire à bord de bateaux de plus de six mètres de longueur.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.