"Chbe3 Fen F'Remdan": Le programme culturel de l'Uzine qui met l'eau à la bouche

Publication: Mis à jour:
OPHELIE NEST PAS MORTE
L'Uzine proposera du cinéma, du théâtre et de la musique pendant le mois du ramadan. | DR
Imprimer

RAMADAN - Du 28 mai au 24 juin, le centre culturel de Casablanca, L'Uzine, organise la deuxième édition de "Chbe3 Fen F'Remdan" (Rassasie-toi en art au ramadan). Un rendez-vous culturel qui viendra ponctuer les ftours (repas de rupture du jeûne) pendant tout le mois de ramadan et palier le manque de manifestations culturelles constaté au cours de cette période.

"Après le ftour, la deuxième partie de la journée commence. Mais beaucoup de jeunes se rendent dans des cafés parce qu'il n'y a aucune manifestation culturelle proposée durant cette période", souligne au HuffPost Maroc Maria Daïf, directrice générale de L'Uzine. C'est pour palier ce manque de manifestations que L'Uzine, acteur culturel à Casablanca, avait déjà choisi de mettre en place "Chbe3 Fen F'Remdan" l'année passée.

"On ne change pas une recette qui marche! L'année dernière, nous avons enregistré une forte affluence pour la première édition. Nous étions super contents. L'événement a créé un lien parce qu'il n'y a pas vraiment de manifestations culturelles organisées pendant le mois de ramadan, surtout au centre-ville. Les gens se sont déplacés en périphérie pour y assister", poursuit Maria Daïf.

Faire découvrir le patrimoine culturel marocain

Pour la première édition, l'équipe de L'Uzine n'avait pas accordé autant de temps à la réflexion en amont de la programmation. "Nous avions puisé dans ce que nous avions mis en place à L'Uzine et le travail de nos partenaires. Mais cette année, on a décidé d'y réfléchir plus tôt, pour mettre en place une véritable programmation", explique Maria Daïf.

Cette deuxième édition s'articule autour de trois temps forts: le cinéma, la musique et le théâtre. Et ce sera le patrimoine marocain qui sera mis en avant. "Les jeunes ne connaissent pas leurs racines et les expressions culturelles, c'est important de leur faire découvrir", souligne-t-elle.

Quatre pièces de théâtre seront présentées sous le thème "Maroc en scène". Le 2 juin, "À mon âge, je me cache encore pour fumer", de Rayhana, les 8 et 9 juin, "Khoroto", du Théâtre Aji Tfarej, le 16 juin, "Ophélie n’est pas morte", de Nabyl Lahlou, et le 23 juin, "L’Inspecteur" de la compagnie Dabateatr.

Pour la musique, L'Uzine a choisi de mettre en relief les "Femmes Gardiennes du Patrimoine". Le 4 juin, on retrouvera Khadija Mergoum (Aïta), le 11 juin, un ciné concert avec la projection du documentaire "Tassanou Tayrinou", réalisé par Kamal Hachkar qui sera suivi du concert de la diva du Moyen Atlas Hadda Ou Akki, accompagnée de Abdellah Zahraoui. Le 18 juin, ce sera au tour du Malhoun avec Touria Hadraoui et le 24 juin, place à la musique gnaouie avec Bnat Timbuktu. "La musique que les jeunes écoutent, aujourd'hui, est inspirée de ce qui a été fait avant, mais ils ne le savent pas forcément. Ils lui attribuent l'étiquette de folklore. Mais c'est important qu'ils découvrent ce patrimoine musical", défend Maria Daïf.

Du côté du cinéma, la programmation a été plus compliquée à mettre en place. "Là, je pousse un coup de gueule. Les films qui seront proposés ne faisaient pas partie de la programmation initiale. Je voulais proposer une rétrospective du cinéma grand public marocain. Mais on n'a pas la possibilité d'avoir des films marocains. Ils sont tous restés en 35 mm, ils n'existent pas en DVD", regrette-t-elle, précisant avoir contacté dans sa démarche le Centre Cinématographique Marocain (CCM). "Ils n'en ont pas. Et ils m'ont dit que je devais payer si je voulais les transformer en DVD. Ce n'est pas mon boulot!", s'exclame-t-elle. Maria Daïf estime qu'en tant qu'espace culturel, l'Uzine devrait avoir à disposition "un coffret qui rassemble les plus grands films marocains, afin de pouvoir les proposer au public selon la demande". L'Uzine a donc élargi son thème initial à "Regards sur le Maghreb et le monde arabe".

Le 28 mai, le public pourra ainsi découvrir "Mascarades", de Lyes Salem (Algérie). Le 3 juin, c'est "Caramel", de Nadine Labaki (Liban) qui sera présenté. Enfin, on retrouvera "Mille mois", de Faouzi Bensaïdi (Maroc), le 10 juin, et "Wadjda", de Haifaa Al Mansour (Arabie Saoudite), le 17 juin.

"D'autres activités seront organisées, en parallèle, pendant tout le mois, en fonction de la demande", ajoute Maria Daïf. Parmi elles, des soirées jeux de société, des expositions... "Pour la fête de la musique, le 21 juin, nous allons proposer un spectacle de flamenco, avec une troupe venue spécialement d'Espagne. On vous sert et vous n'avez plus qu'à manger à la table de la culture!"

Tarifs:
Cinéma: accès libre.
Musique: 60 DH pour le public/20 DH pour les adhérents.
Théâtre: 50 DH pour le public/20 DH pour les adhérents.

LIRE AUSSI: