Produits halieutiques: Les pays du Golfe, un nid d'opportunités pour le Maroc

Publication: Mis à jour:
FISH MOROCCO
REUTERS/Youssef Boudlal | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

EXPORT - On le sait, l’Europe constitue toujours le principal marché pour les exportations de produits de la mer marocains. Seulement, la stabilité de la demande européenne ne permet pas aux exportateurs marocains de développer davantage leurs affaires. C’est dans ce sens que la Direction des études et des prévisions financières, qui relève du ministère de l’Économie, vient de publier une étude qui fournit aux entreprises marocaines une cartographie des opportunités dans les pays du Golfe. Le but étant de diversifier les débouchés de ces exportations halieutiques afin de réduire la dépendance du Maroc à l’égard des marchés traditionnels.

Pourquoi les pays du Golfe?

Dans les pays du Golfe, la demande en produits halieutiques va crescendo au moment où la production agroalimentaire locale reste limitée. En effet, leurs importations ont atteint près de 2 milliards de dollars en 2014, un chiffre en hausse de 5 % par rapport à 2009. L’étude précise que les achats de ces pays sont principalement tirés par les Émirats arabes et l’Arabie saoudite.

D’un point de vue stratégique, le marché des pays du Golfe pourrait constituer également une plateforme de relais pour les exportations marocaines vers les marchés du Moyen-Orient et de l’Asie centrale.

Reste que la tâche n’est pas facile. Dans ces marchés, les importations restent dominées par la Thaïlande qui détient le premier rang des fournisseurs avec 14% de part de marché, suivie de l’Inde avec 13% et du Vietnam avec 12%. Quant au Maroc, il se positionne à peine au 34e rang avec moins de 0,3 % de part de marché, pour une valeur globale ne dépassant pas 4,8 millions de dollars. De plus, sa part dans le marché du Conseil de coopération du Golfe a été maintenue dans un intervalle de 0,3-0,4% au cours des vingt dernières années. C’est dire la difficulté de détrôner les concurrents. D’autant que les produits marocains restent méconnus des consommateurs du Golfe.

Quel segment viser?

Le pays des Émirats est un marché très prometteur pour les exportateurs marocains de produits de la mer, notamment, en ce qui concerne les crustacées et les mollusques, en raison, d’une part, de la forte demande interne émanant de la grande communauté d’expatriés et des touristes occidentaux, plus habitués aux attributs culinaires de ces produits (poulpe, calmar, seiche et crevettes), et d’autre part, de la possibilité de réexportation notamment vers les autres États membres du CCG.

L’étude fournit une cartographie des produits les plus consommés par les pays du Golfe. Elle révèle une prédominance des poissons frais, réfrigérés ou congelés qui ont représenté, en moyenne, la moitié de la valeur de ces importations. La deuxième moitié a été répartie à parts égales de 24% entre, d’une part, les préparations et conserves de poissons et d’autre part les crustacées, mollusques et coquillages. Par contre, les poissons fumés, salés et séchés ne devraient pas représenter une niche pour le Maroc dans la mesure où ils ne s’accaparent qu’une part marginale de l’ordre de 2% des importations des produits halieutiques.

Recommandations

Pour devancer les exportateurs concurrents, la Direction des études et des prévisions financières prône d’abord la communication autour des produits halieutiques marocains qui restent méconnus des pays du golfe. Cela passe par une participations plus importante des industriels marocains aux salons organisés dans les pays membres du CCG. Le département de Mohamed Boussaid cite notamment le salon Gulfood qui aura lieu en mars 2018 à Dubaï.

En attendant ce rendez-vous annuel, les entreprises marocaines doivent investir dans la qualité. Car, comme l’explique l’étude, le CCG est un marché qui privilégie la qualité et, dans une moindre mesure, le prix.

LIRE AUSSI: