Pétrole: des efforts supplémentaires de l'Opep écartés par l'Arabie Saoudite

Publication: Mis à jour:
OPEC
Saudi Arabias energy minister and president of the Organization of the Petroleum Exporting Countries (OPEC), Khalid al-Falih, arrives for the 172nd meeting of the OPEC countries at OPEC headquarters in Vienna, Austria, on May 25, 2017. Oil producers from inside and outside OPEC are expected to extend their agreement to cap production in an effort to boost prices. / AFP PHOTO / JOE KLAMAR (Photo credit should read JOE KLAMAR/AFP/Getty Images) | JOE KLAMAR via Getty Images
Imprimer

L'Opep atteindra son objectif d'abaisser les réserves mondiales de pétrole pour faire remonter les cours du baril, en renouvelant les baisses de production pour neuf mois mais sans les intensifier, a affirmé le ministre saoudien de l'Energie jeudi à Vienne.

"De nombreux pays sont prêts à agir si c'était nécessaire, mais ce ne sera pas le cas. Les réserves mondiales commencent à reculer", a expliqué Khaled al-Faleh, ministre saoudien de l'Energie, écartant donc des baisses de production plus importantes.

"Les réserves mondiales atteindront leur niveau moyen sur cinq ans (objectif officiel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, ndlr) début 2018, selon les travaux de notre secrétariat", a-t-il expliqué devant des journalistes, avant les réunions de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses partenaires, dont la Russie.

"Ces prévisions se basent sur des prévisions de production hors Opep très ambitieuses, et je pense que nous atteindrons notre objectif plus tôt", a-t-il ajouté.

Alors que le marché a été déstabilisé ces dernières années par l'offre abondante venue de l'Opep et des Etats-Unis, ces derniers trouvant dans le pétrole de schiste des ressources inattendues, l'organisation et onze pays non membres du cartel avaient décidé fin 2016 de limiter leur production pour six mois.

L'Arabie Saoudite, figure de proue du cartel et premier exportateur mondial, avait proposé début mai de renouveler l'accord à partir de juin pour neuf mois.

Les marchés ont peu apprécié jeudi de voir la possibilité de baisses plus importantes d'ores et déjà écartées.

Les cours du brut, qui évoluaient en petite hausse auparavant, sont montés à de nouveaux plus hauts en un mois alors que les ministres s'exprimaient à leur arrivée pour la réunion (54,67 dollars le baril pour le Brent et 52,00 dollars le baril pour le WTI) avant de perdre près de 2 dollars en quelques minutes pour se stabiliser à 53,75 dollars pour le Brent et à 51,08 dollars pour le WTI vers 09H30 GMT (11H30 à Paris).

"Les opinions assez tièdes du ministre saoudien ont causé une perte rapide des prix, sans surprise. Mais il faut s'attendre à ce que des mouvements brusques se produisent à nouveau pendant cette journée de réunion de l'Opep", a prévenu Chis Beauchamp, analyste chez IG.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.