Les trois jours de Nabil Ayouch au Salò Club

Publication: Mis à jour:
CAPTURE
Salò
Imprimer

CULTURE - Nabil Ayouch prendra ce week-end ses quartiers dans la célèbre salle underground parisienne du Salò Club, du vendredi 26 au dimanche 28 mai.

Depuis son ouverture en 2016, le lieu invite toute les semaines une personnalité de la scène culturelle pour "créer un décor visuel et sonore, en programmant des installations, des vidéos, des concerts ou des performances". Nabil Ayouch succèdera ainsi dans cette brève fonction de programmateur à des cinéastes de renom comme Michel Gondry et Abel Ferrara.

Inauguré en 2016, le club porte un nom qui fait référence au film polémique de Pier Paolo Pasolini, "Salo, les 120 jours de Sodome".

"Trois nuits d’éveil des sens"

La polémique, un sujet que Nabil Ayouch connait bien. D'ailleurs, selon Les Inrocks, pendant cette carte blanche "les écrans diffuseront des images de ses films censurés, tels que Une minute de soleil en moins ou Much Loved, associés à d’autres films d’art vidéo tels que Les ciseaux du vidéaste Mounir Fatmi".

Le club, de son côté, assure sur sa page Facebook "trois nuits d’éveil des sens, d’expériences sensuelles, visuelles, sonores à travers des projections, des installations, des Dj sets, des performances musicales et dansées".

Au programme des festivités, "de la musique Gnawa, des performances dansées de Lola Panigel et Camélia Montassere, session Flamenco avec Karine Gonzales, création musicale et sonore live de Pauline Lucas". Des danseuses qui, comme l'explique le cinéaste aux Inrocks, "vont aller au-devant d’une troupe de Gnaouas et s’entremêler à eux." Des installations de l'artiste marocain Mounir Fatmi sont aussi à prévoir ainsi qu'une création musicale et sonore live de Pauline Lucas, un concert d’Henri et Idriss Agnel, une installation visuelle et olfactive de Hicham Berrada, ou encore un set de DJ Mitch.

Nabil Ayouch prépare actuellement son prochain projet pour le grand écran, "Razzia", un film qui rassemble cinq histoires distinctes, certaines se déroulant au début des années 80 et d'autres dans le Casablanca d'aujourd'hui.

LIRE AUSSI: