Bientôt une anthologie discographique du Malhoun

Publication: Mis à jour:
CAPTURE
A3 Communication
Imprimer

CULTURE - Depuis plusieurs années, l'Académie Royale du Maroc tente de réunir l'ensemble des grands textes du Malhoun en une encyclopédie. Hier soir, l'Académie a célébré la parution du dixième recueil. La célébration fait suite à une journée d'étude qui a eu lieu le jeudi 18 mai dernier, dédiée à l’art du Malhoun, et organisée en marge de la parution du 10e ouvrage.

L'occasion pour l'Académie de rendre hommage au Hadj Ahmed Souhoum, "un des grands noms du Malhoum" comme l'explique le secrétaire perpétuel de l'Académie Royale, Abdeljalil Lahjomri, "pour donner aux jeunes un modèle de personne modeste mais qui contribue à la création esthétique de ce pays".

Vers une anthologie du Malhoun

À cette occasion, l'Académie a annoncé la préparation d'une anthologie dédiée à ce genre musical. Le projet se donne pour ambition de démocratiser le malhoun. "Ceux qui vont lire les recueils sont des spécialistes" explique au HuffPost Maroc Abdeljalil Lahjomri. "Donc pour pouvoir donner aux gens la possibilité de bénéficier de ces chants, nous allons y consacrer une anthologie (...). Nous allons choisir dans chaque recueil un ensemble de poèmes, de chants et de vers, qui seront chantés par tous ceux qui comptent au Maroc au niveau des "mounchidines" et "mounchidates (les chanteurs de malhoun)"".

L'anthologie musicale du malhoun viendra ainsi s'ajouter à celle de l'Aïta, en vente depuis ce mois de mai, ou encore à celle consacrée aux Gnaoua, parue en 2014.

Il faut dire que depuis plusieurs années déjà, l'Académie s'est engagée à réunir les écrits des grands noms du Malhoun. Une tache plus compliquée qu'il n'y parait. "Ce sont des poètes dont les oeuvres sont dispersées", indique ainsi Abdeljalil Lahjomri. "La commission est composée d'une vingtaine de personnes, mais nous allons essayé de l'étendre parce que le travail de la collecte, de trouver les gens et les manuscrits n'est pas un travail facile". La commission devrait ainsi compter bientôt une cinquantaine de personnes.

malhoun

Dans le patrimoine de l'UNESCO?

L'Académie affirme par ailleurs son souhait de faire rentrer cet art dans le patrimoine immatériel de l'UNESCO. C'est en tout cas le projet lancé par le Maroc: "Cet art du Malhoun est authentiquement marocain, mais il est surtout authentiquement populaire", déclare Abdeljalil Lahjomri. "Les chansons de Nass Al Ghiwane, par exemple, s'inspirent de ces poèmes. À partir de là, on s'est dit qu'il fallait défendre cet art au niveau national, mais aussi au niveau international, et l'inscrire comme patrimoine universel de l'humanité". L'idée lancée; le dossier est actuellement en cours de préparation précise Abdeljalil Lahjomri.

LIRE AUSSI: