Bilan mitigé pour le contrat-programme État-ONEE

Publication: Mis à jour:
CENTRALE THERMO SOLAIRE
ONEE
Imprimer

ONEE - 3 milliards de DH. Tel est le montant que l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a épargné depuis la mise en œuvre du contrat-programme signé avec l’État en mai 2014. Pour rappel, ce contrat-programme, qui arrive à échéance au cours de cette année, avait été conclu pour redresser l’Office, dont la situation financière avait été des plus critiques.

Le bilan dressé par le comité de pilotage, mercredi à Rabat, sous la présidence du chef du gouvernement, est plutôt mitigé. L’Office a certes réussi à améliorer son produit net, passé d’un déficit de 2,8 milliards de DH à fin 2013 à un bénéfice estimé à 790 millions de dirhams. Il est aussi parvenu à doubler sa capacité de financement propre pour s’établir à 8,8 milliards de DH à fin 2016 contre 4,2 milliards de DH en 2013. Cependant, l'ONEE accuse du retard dans l'exécution de certains engagements. Sur les 29 milliards de DH investis par l'Office, seulement 15,7 milliards ont été injectés dans le secteur de l’électricité, soit un taux de réalisation de 68% des prévisions du contrat-programme. Notons, par ailleurs, que les investissement dans le secteur de l’eau et de l’assainissement liquide s'élèvent à 13,1 milliards avec un taux de réalisation de 82%.

De son côté, l’État a débloqué une enveloppe de 1,8 milliards de DH comme soutien forfaitaire sur le fuel. Il a également procédé à la liquidation de 2,5 milliards de DH, au titre de la taxe sur la valeur ajoutée, inscrite comme prêt sur l’État.

"L’Office a pu regagner la confiance des bailleurs de fonds nationaux et internationaux qui participent au financement des projets de l’Office et de ses contractants, ce qui indique que la décision de conclure un contrat programme Etat-ONEE avait un grand rôle dans le rétablissement de la santé financière de cet établissement stratégique", déclare pour sa part au HuffPost Maroc Aziz Rebbah, le Ministre de l'Énergie, des Mines et du Développement durable.

Vers un 2e contrat-programme

Alors que les engagements du premier contrat-programme n'ont pas été totalement tenus, le chef du gouvernement veut déjà en conclure un nouveau. Objectif: "prémunir les acquis réalisés et garantir la poursuite de la dynamique de réforme de l’Office et la mise en place d’un plan d’investissement stratégique clair, en coordination avec les différents départements concernés et les autres intervenants pour la période d’après 2017", indique un communiqué de la Primature.

En tout cas, le communiqué du chef du gouvernement laisse entendre que les engagements des contractants ont été respectés partiellement. Saâd Eddine El Othmani a mis l’accent sur la nécessité de rattraper le retard enregistré dans la mise en œuvre de certains engagements énoncés dans le contrat-programme à cause de certaines contraintes.

Il a ainsi "exhorté tous les intervenants à redoubler d'efforts pour respecter les dispositions du contrat-programme, partant de l’accélération de la cadence d’intégration des structures de l’Office, la rationalisation de ses dépenses et de pallier le retard enregistré dans la mise en œuvre du programme d’investissement de l’Office et d’œuvrer à lui fournir tout le soutien nécessaire". Le communiqué précise que ce soutien pourrait, notamment, concerner "la réalisation des différents programmes nationaux relatifs à la généralisation de l’adduction du monde rural en eau potable, l’électrification et le raccordement à l’assainissement liquide ainsi que la mise en œuvre des autres engagements".

LIRE AUSSI:
Filed by Anaïs Lefébure