Retrouvez l'actualité high-tech de la semaine en bref

Publication: Mis à jour:
HIGHTECH
Father and son using Virtual Reality glasses sitting outside. Stock Photo. Creative Content Brief 603438805 | da-kuk via Getty Images
Imprimer

La Commission européenne et la France infligent des amendes à Facebook

Facebook a écopé de deux amendes la semaine dernière infligées par la Commission européenne et le gendarme français de l’Internet (CNIL). La première, d’un montant de 110 millions d’euros, a été prononcée par les autorités de la concurrence européennes pour sanctionner Facebook d’avoir fourni des informations trompeuses sur son projet d'acquisition de la messagerie mobile WhatsApp en 2014. "La Commission a découvert, que contrairement à ce qui figure dans les documents de rachat en 2014, la possibilité technique d'associer automatiquement les comptes des utilisateurs de Facebook et de WhatsApp existait déjà à ce moment-là, et que les responsables de Facebook le savaient", a déclaré la Commission.

Réagissant à cette décision, Facebook a qualifié d’erreurs non intentionnelles les informations figurant dans les documents de 2014, considérant par ailleurs que cette amende "met un point final à cette affaire". La seconde amende à l’encontre de Facebook et sa filiale européenne Facebook Ireland, d’un montant de 150.000 euros, a été prononcée par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL - France).

La Cnil précise que cette sanction a été décidée en raison "des réponses insatisfaisantes" apportées par les deux sociétés à un certains nombre de manquements évoqués dans une mise en demeure datant du 26 janvier 2016.


Google met l'accent sur les applications et l'assistant numérique

Les applications mobiles ont pris une place centrale lors de la conférence annuelle des développeurs de Google, la semaine dernière, au moment où le géant de la recherche sur Internet a annoncé de nouvelles fonctionnalités pour son assistant numérique et son application photo populaire, tout en consacrant peu de temps à son système d'exploitation mobile Android.

S'adressant à un public de milliers de développeurs à Mountain View, en Californie, les dirigeants de Google ont livré une mise à jour générale sur leur portefeuille de produits, qui comprenait également une liste de nouvelles fonctionnalités pour l’assistant Google Home, un outil de recherche d'emploi et de nouveaux terminaux de réalité virtuelle.

Google Assistant devrait être disponible sur l'iPhone, une démarche qui va concurrencer la fonctionnalité Siri d'Apple sur ses propres dispositifs. De plus, l'assistant sera bientôt en mesure de compléter les transactions et de fournir des informations sur les objets capturés par la caméra du smartphone. Mais plusieurs analystes ont noté que lors de la conférence annuelle l'accent a été mis sur l'assistant et autres applications, et moins sur le système d'exploitation Android. Cela reflète une reconnaissance par Google que l'assistant et d'autres applications seront de plus en plus importants pour son avenir, a déclaré l'analyste Jan Dawson de Jackdaw Research.

Cette nouvelle stratégie aide l'entreprise à contourner certaines des complications du développement de nouvelles fonctionnalités pour le vaste écosystème Android, où seule une fraction de périphériques fonctionne sur la dernière version du système d'exploitation, a-t-il noté.

Android Pay arrive au Brésil, en Russie, en Espagne, à Taiwan et au Canada

Google étend son service de paiement mobile Android Pay à plusieurs pays dont le Brésil, la Russie, l’Espagne, Taiwan et le Canada. La société a également promis qu'une expérience de paiement simplifiée serait bientôt disponible pour les utilisateurs de PayPal, en s'appuyant sur les partenariats existants de Google avec Visa et Mastercard. Auparavant, Android Pay était disponible aux États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, Singapour, la Pologne, la Nouvelle-Zélande, l'Irlande et d’autres pays.

Android Pay a été lancé il y a deux ans en tant que concurrent de Apple Pay et Samsung Pay, offrant aux utilisateurs une façon alternative de payer par téléphone au lieu d'avoir à retirer leurs cartes de crédit. Google a également déclaré qu'il faciliterait aux utilisateurs l'intégration des programmes de cartes de fidélité de certains grands magasins. Ce ne sont pas les seules mises à jour apportées au service de paiement mobile de Google, car les développeurs peuvent maintenant profiter d'une nouvelle API de paiement qui permet aux clients de payer des biens dans l'application ou même en ligne à l'aide d'une carte de crédit ou de débit vérifiée enregistrée sur leur compte Google, afin de permettre d’utiliser une carte stockée sur Google Play pour payer des achats sur YouTube ou Chrome.


Microsoft devance Google et Amazon en annonçant un data center africain en 2018

Microsoft a annoncé un moment décisif pour ses aspirations de cloud computing en lançant son premier data center en Afrique. À partir de 2018, Microsoft exploitera sa gamme de services en nuage - y compris Azure, Office 365 et Dynamics 365 - à partir de centres de données situés à Cape Town et à Johannesburg.

L'avantage général d'offrir une infrastructure de centre de données locale est une latence plus faible. Les clients de la région devraient bénéficier de services cloud plus rapides, car les données parcourront moins de distances entre les locaux d'un client et le centre de données.

Microsoft a été en transition lente pour devenir une entreprise en cloud, et ses récentes données financières indiquent que la firme de Redmond est sur la bonne trajectoire. Dans l'état actuel des choses, Microsoft regroupe de nombreuses régions cloud en Amérique du Nord, en Europe et en Asie, avec un succès en Australasie et en Amérique latine.

Le Moyen-Orient et l'Afrique étaient jusque-là absents dans la programmation de Microsoft. C’est chose réglée, puisque l’Afrique aura son premier data center Microsoft en 2018. Ses rivaux Amazon Web Services (AWS) et Google n'ont pas encore annoncé de plans définitifs pour lancer des centres de données en Afrique, tandis que IBM était le premier des principaux fournisseurs de cloud à offrir l'infrastructure des centres de données lorsqu'il a ouvert un hub à Johannesburg l'année dernière.

Un avantage supplémentaire pour l'offre de centres de données locaux est que Microsoft pourra répondre à toutes les préoccupations relatives à la "souveraineté des données", car les données numériques sont soumises aux lois de la région dans laquelle elles sont stockées. Cela étant dit, les entreprises situées en Afrique du Nord peuvent encore mieux utiliser les centres de données en Europe en raison de leur plus grande proximité.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.