"The Fund For Peace" classe la Tunisie parmi les pays arabes les moins fragiles

Publication: Mis à jour:
FRFRFR
capture écran/Fund For Peace
Imprimer

Le Think Tank Américain “The Fund For Peace” vient de rendre public le classement 2017 des Etats fragiles. L'indice des États fragiles (FSI) est un classement annuel qui couvre 178 pays basé sur les différentes pressions auxquelles ils sont confrontés mesurant le degré de vulnérabilité d’un pays à l’effondrement.

L'indice est fondé sur l'approche analytique du Système d'évaluation des conflits (CAST) instauré par le Fonds pour la paix. Quatre indicateurs de base sont retenus pour le calcul du score final et 12 sous-indicateurs: il s’agit des indicateurs de cohésion, des indicateurs économiques, des indicateurs sociaux et des indicateurs politiques. Au total, 100 mesures sont regroupées en 12 indicateurs de fragilité. La fragilité étant mesurée de zéro à 120, la Finlande est le pays le plus stable au monde et le Soudan du Sud est le pays le plus fragile au monde.

En 2017, la Tunisie a été classée 89ème sur 178 pays (des pays les moins fragiles aux plus fragiles) perdant 11 places par rapport au classement 2006 (100ème). Pour un score global de 74,2 points, la Tunisie est considérée moins fragile que l’Egypte (36ème), le Maroc, la Turquie (64ème) et la Libye (23ème), la Syrie (5ème),l’Algérie (77ème) et le Maroc(84ème). Les Emirats Arabes Unies (147ème) et le Qatar (146ème) sont les pays arabes les plus stables ou encore qui sont les moins exposés au risque d'effondrement. La Tunisie se situe dans la zone orange dans la cartographie des pays classés selon le degré de fragilité.

Les points faibles de la Tunisie résident essentiellement dans l’appareil sécuritaire, les griefs collectifs, ses élites mais aussi au niveau du déclin économique. Toutefois, la Tunisie semble être moins vulnérable aux pressions démographiques et à la qualité des services publics. Selon le rapport: l'indicateur du déclin économique examine les facteurs liés au déclin économique dans un pays.

Par exemple, l'indicateur examine les modèles de déclin économique mesurés par le revenu par habitant, le produit national brut, les taux de chômage, l'inflation, la productivité, la dette, les niveaux de pauvreté … Il tient compte également de la baisse soudaine des prix des produits de base, des échanges commerciaux ou des investissements étrangers, ainsi que de tout effondrement ou de la dévaluation de la monnaie nationale.

L'indicateur du déclin économique examine, en outre, les réponses aux conditions économiques et leurs conséquences, telles que les difficultés sociales extrêmes imposées par les programmes d'austérité économique ou les inégalités croissantes perçues dans le groupe. *

L'indicateur du déclin économique est axé sur l'économie formelle - ainsi que sur le commerce illicite, y compris le trafic de drogue et d'humains, la fuite des capitaux ou les niveaux de corruption et les transactions illicites telles que le blanchiment d'argent ou le détournement de fonds. Pour cet indicateur la Tunisie s’est vu attribuer un score de 6,7 points.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.