Finance participative: Feu vert pour quatre banques

Publication: Mis à jour:
NBANQUEISLAMIQUELARGE570
DR
Imprimer

FINANCE - Feu vert pour les banques participatives d’Attijariwafa bank, de la BMCI et de la SGMB. Quatre arrêtés de Bank Al Maghrib, autorisant l'ouverture de ces établissements, viennent d'être publié au Bulletin officiel. Il s’agit respectivement de Bank Assafa, Najmah et Dar-Al-Amane.
 
La filiale de CIH Bank, Umnia Bank, fait également partie des banques autorisées à ouvrir ses portes au public. Elle a déjà ouvert trois agences (Casablanca Anfa, Casablanca Ain Sebaa et Rabat Agdal).

Toutefois, il faudra attendre la publication des contrats-type des banques pour le lancement de la commercialisation des premiers produits participatifs. Deux autres piliers de la finance participative ne sont pas encore prêts. Il s’agit de la commercialisation de l’assurance Takaful et l’émission des premiers Sukuks. Ce sont ces derniers qui permettront aux banques de financer leur activité, soit en plaçant leurs liquidités, soit en mobilisant des ressources. La première émission souveraine des Sukuks, qui sont des certificats d’investissements conformes à la charia, est prévue pour le mois prochain.

Pénalités exclues

Les banques participatives ne pourront pas réclamer aux clients mauvais payeurs des pénalités de retard. Les pénalités sont en fait assimilables aux intérêts appliqués par les banques classiques, ce qui est interdit par la charia. Toutefois, la loi prévoit deux recours, notamment à l’encontre des bénéficiaires de financements Mourabaha (contrat de vente au prix de revient majoré d’une marge bénéficiaire) et Ijara (équivalent du crédit bail).

Si la banque opte pour le premier recours, elle pourra réclamer au client en défaut le paiement une partie ou l’intégralité des loyers restants. La 2e option permet à la banque de passer par les tribunaux pour se faire dédommager.

LIRE AUSSI:
Les assurances "Halal" toujours attendues