"Mort-vivant": Une exposition immersive dans l'univers du plasticien Omar Bey

Publication: Mis à jour:
RGR
Anissa Mahdaoui
Imprimer

Dans le cadre de l’édition 2017 de JAOU, la galerie El Marsa, offrait au public, une visite de l’exposition « Mort-vivant » dans l’atelier du plasticien tuniso-anglais Omar Bey.

Il s’agissait alors de la 2éme participation à JAOU de l’artiste, qui présentait un lustre, réalisé en duo avec l’artiste Noutayel, pour la "mosquée/musée contemporain" du projet "All the World’s a Mosque".

Une initiative privée saluée par l’artiste, en marge du soutien culturel gouvernemental dont il déplore l’absence : « Toutes les initiatives culturelles sont les bienvenues, grandes ou petites, privées ou pas. Car on ne peut que rarement compter sur le ministère de la culture pour mettre en place des initiatives concrètes, éventuellement pour un soupçon d'accompagnement, si elle ne met pas des bâtons dans les roues d'éventuels organisateurs de bonne foi. Ce ministère, jusqu’à nouvel ordre, ne semble n'avoir aucune vision, tout comme le syndicat des plasticiens qui brille par son absence et qui partage avec le ministère de la culture une certaine incompétence doublée de lutte intestine. », confie-t-il au HuffPost Tunisie.

Alors que l’événement JAOU vient de s’achever, l’exposition « Mort-vivant » se poursuit quant à elle jusqu’au 30 mai avec une visite de l’atelier tous les jours de 16h à 20h ou sur rendez-vous !

L’occasion de découvrir un lieu de création unique

Omar Bey n’avait pas dévoilé son atelier au public depuis 2012, à l'occasion d'un open studio à la cité des arts, à Paris. Il ouvre aujourd’hui les portes de son lieu de travail tunisien, que vous avez peut-être découvert derrière la toile, à travers le film « Monument » de Samy Elhaj.

Cette somptueuse demeure, dont le plasticien occupe une partie du rez-de-chaussée depuis quatre ans, n’est autre que l’ancienne résidence de Kheireddine Pacha (1822-1890), illustre ministre du bey durant la deuxième moitié du XIXème siècle. Propriété privée de plusieurs héritiers, elle est, depuis peu, classée au patrimoine tunisien.

Situé en bordure de la plage du Kram, surplombant la mer, l’atelier d’Omar Bey revêt, pour l’occasion, des airs de galerie.

Un parcours qui offre un panorama des œuvres phares de l’artiste

Omar Bey est diplômé de l’institut supérieur des Beaux-arts de Tunis, il a réalisé de nombreuses expositions notamment à Tunis, Dubaï, Paris et Barcelone. Ses travaux explorent les paradoxes modernes de l’existence humaine à travers différents médiums.

En sillonnant ces pièces au caractère authentique, à la hauteur de plafond démesurée et aux murs craquelés, vestiges de l’époque beylicale, on passera devant des œuvres à l’audace contemporaine.

Une quinzaine de travaux, dessins, peintures ou sculptures monumentales, réalisés pour la plupart à partir de matériaux récupérés (carcasses de sommier, cordes, briques, etc.), y est ainsi exposée.

Des réalisations étonnantes, parfois faussement ludiques, viennent encore mettre en exergue les contradictions du monde actuel, comme ces bombonnes de gaz évoquant la guerre, revêtues des couleurs joyeuses et enfantines des personnages de Barabapapa. Ou encore ce navire de guerre, sombrant dans une mer de brique et chargé de bâtonnets en bois colorés, rappelant des jouets…

Le HuffPost revient pour vous en images sur l’événement!

vfv
bvc
rgr
fvfv
vfvf
vb
vsq
vxsq
vxqsz
vxwqd
vszfq

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

MONUMENT par Samy Elhaj (Bande Annonce/Trailer) from TERRITOR ® on Vimeo.