Recyclant des huiles alimentaires usagées, le biocarburant séduit GPC

Publication: Mis à jour:
USINE
DR
Imprimer

ENTREPRISES - Le biocarburant pour moins polluer la planète. C'est l'ambition de la convention signée, mardi, à Casablanca, entre la société Gharb Papier et Carton (GPC), filiale d'Ynna Holding, et Kilimanjaro Environnement, une entreprise qui collecte des huiles alimentaires usagées pour en faire du biodiesel.

Avec cette convention, GPC s'engage à utiliser uniquement le biodiesel pour toutes les machines de ses usines de Mohammedia, Agadir, Kénitra et Meknès, ainsi que pour sa flotte de véhicules. Le pourcentage de biodiesel a été fixé dans un premier temps entre 10 et 15%.

"On a cru dans le projet de Kilimandjaro. Nous avons fait les premiers essais en octobre 2016. Ensuite, nous avons soumis, par souci de neutralité, les tests à des cabinets de contrôle externes. Les résultats ont été très satisfaisants en terme de réduction d'émission de CO2. Il a aussi un effet nettoyant pour les moteurs dès sa première utilisation", se félicite Mounir El Bari, directeur général de GPC.

"La réduction d'émission de CO2 peut aller jusqu'à 88%", précise, de son côté, Youssef Chaqor, directeur général et fondateur de Kilimanjaro Environnement.

Créée en 2008, cette petite entreprise emploie, aujourd'hui, 70 personnes, dont "beaucoup issus de la réinsertion professionnelle". Leur principale activité consiste à "collecter des huiles alimentaires usagées sur le circuit professionnel, à savoir, les restaurants, hôtels et cafés". Elle aspire, à présent, à se tourner "aussi vers les foyers", explique Youssef Chaqor. Les collectes sont stockées, consolidées, puis transformées en biocarburant.

Le patron de Kilimanjaro souligne, par ailleurs, que cette convention va "permettre de créer des emplois et de renforcer une chaîne de valeurs sociales". Il espère aussi que ce projet "prouvera que l'entrepreneuriat vert peut être rentable et bénéfique".

Le site de GPC à AFZ

"Avec la baisse récente du prix du gasoil, il n'y a plus de grande différence au niveau du coût. Les 10 à 15% de biogasoil ne représentent pas notre cheval de bataille en termes de gains en coûts. Nous le faisons plus pour la portée écologique du projet et pour les emplois verts qu'il va générer. Il va permettre à Kilimanjaro d'augmenter ses effectifs", relève, par ailleurs, Mounir El Bari.

usine

Pour l'instant, le biocarburant est utilisé seulement sur le site de Mohammedia. D'autres essais seront réalisés sur un parcours de 3.000 kilomètres avant de généraliser son utilisation dans les autres sites de l'entreprise, dont celui de Kénitra qui sera bientôt inauguré officiellement dans la zone industrielle Atlantic Free Zone (AFZ).

Le site, qui sera implanté en face de la nouvelle usine de Peugeot, sur une surface de 5 hectares, a nécessité un investissement de 500 millions de dirhams. Il va produire 60.000 tonnes de cartons ondulés par an et est destiné à accompagner l'essor du secteur automobile au Maroc, a fait savoir la société. "Aujourd'hui, GPC développe des kits d'emballage pour le secteur automobile. Nous travaillons déjà avec tous les équipementiers installés dans Tanger Free Zone", précise le DG de GPC.

Si le nouveau site de production est déjà en partie opérationnel, son inauguration officielle n'est prévue que dans les prochains mois.

LIRE AUSSI: