Les recettes de l'IS renflouent les caisses du Trésor

Publication: Mis à jour:
UNNAMED5
tax.gov.ma
Imprimer

IMPÔTS - L'état des Finances publiques a affiché une bonne santé au cours du premier trimestre 2017. En effet, selon le dernier rapport de la Direction de la politique économique générale (DPEG), les recettes ordinaires se sont raffermies de 6,6% pour s’établir à 58,9 milliards de dirhams.

À l’origine, une progression des recettes fiscales. Celles-ci se sont appréciées de 8,7% par rapport à fin mars 2016 pour atteindre 56,7 milliards de dirhams. Cette amélioration s’explique, essentiellement, par le bon comportement des recettes des impôts directs, ainsi que de celles des impôts indirects.

Dans le détail, les recettes des impôts directs ont augmenté par rapport à fin mars 2016 de 14,1% pour s’établir à 28,7 milliards de dirhams. C’est essentiellement l’IS qui a contribué aux recettes du Trésor pour 17,8 milliards de dirhams, un chiffre en hausse de 19,7%. Il faut dire que les campagnes de contrôle ont été renforcées au point que le patronat a dénoncé "le racket fiscal" de la Direction général des impôts.

Quant aux recettes de l’IR, elles ont atteint 10,4 milliards de dirhams, soit une progression de 5,3%. De leur côté, les recettes des impôts indirects ont augmenté, par rapport à fin mars 2016, de 6,8% pour atteindre 20,4 milliards de dirhams. Cette hausse a été occasionnée par le raffermissement des recettes de la TVA, ainsi que celles des TIC.

Pour leur part, les recettes de TVA ont grimpé de 9% pour avoisiner 14 milliards de dirhams.
En revanche, les recettes non fiscales ont reculé de 38% pour s’établir à 1,8 milliard de dirhams à fin mars 2017. En cause, la baisse des recettes issues des dons reçus des pays du CCG (Conseil de coopération du Golfe) de 76,5% à 213 millions de dirhams et des recettes en atténuation des dépenses de la dette de 84,9% à 116 millions de dirhams.

Si le rapport fait état d'une amélioration des recettes, il mentionne aussi une maîtrise du déficit budgétaire. En effet, la situation des charges et ressources du Trésor à fin mars dernier fait ressortir un déficit budgétaire de 7 milliards de dirhams contre 12,7 milliards l’année dernière, soit une atténuation de 5,7 milliards de dirhams ou de 44,6%.

LIRE AUSSI:
Filed by Anaïs Lefébure