Tataouine: Un manifestant meurt écrasé par une voiture de la Garde nationale, le ministère de la Santé évoque "l'accident"

Publication: Mis à jour:
TATAOUINE
Tasnim Nasri/Anadolu Agency/Getty Images
Imprimer

Un jeune manifestant tunisien est mort lundi après avoir été écrasé "accidentellement" par un véhicule de la gendarmerie dans une région du sud du pays, agitée depuis des semaines par des protestations sociales, a annoncé le ministère de la Santé.

"La cellule des opérations centrales au ministère de la Santé annonce la mort accidentelle d'un jeune, (écrasé) par une voiture de la Garde nationale. Il s'agit d'un manifestant", a indiqué à l'AFP le service de communication du ministère.

De son côté, invité de l'émission Midi Show sur la radio Mosaïque FM, le ministre de l'Emploi et de la formation professionnelle Imed Hammami a indiqué que le jeune homme serait mort à cause de la cohue et qu'il "a été poussé et écrasé par les autres manifestants qui étaient en route pour mettre le feu au poste de police de la région".

Confirmée par Radio Tataouine, la mort du jeune pourrait être suivie par celle d'un autre dans un état très grave rapportent plusieurs médias citant une source hospitalière.

Après une nuit de tensions en réaction contre l’annonce par le gouvernement de la réouverture de la vanne de la station de pompage de pétrole à El Kamour fermée samedi sous la pression des manifestants, les hostilités sont repartis de plus belle lundi matin, après que les forces de l'ordres aient empêchés des manifestants d'accéder à la station de pétrole en utilisant du gaz lacrymogène.

En réaction les manifestants ont pris d'assaut le siège du gouvernorat et ont brûlé le siège de la Garde nationale et la délégation régionale de la sécurité publique ont été brûlés après avoir été abandonnés par les forces de l'ordre.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.