Les dessous de l'agression du diplomate marocain

Publication: Mis à jour:
NMOROCCOALGERIALARGE5701
DR
Imprimer

DIPLOMATIE - L’affaire du diplomate marocain Mohamed Ali Khamlichi, agressé par un responsable algérien, Soufiane Mimouni, lors d'une réunion d'un comité onusien dans les Caraïbes dévoile de nouveaux détails.

Alors qu’Alger dément l’incident, des documents dont le HuffPost Maroc détient copie attestent de l’agression de Khamlichi. Il s’agit notamment du PV de police qui indique que l'ambassadeur du Maroc s’entretenait avec l’ambassadeur dominicain, lorsque le directeur général du ministère algérien des Affaires étrangères est venu se joindre à la conversation. "M. Mimouni est devenu agressif et a commencé à interpeller l'ambassadeur marocain. M. Khamlichi est alors intervenu pour demander à M. Mimouni d'arrêter d'assaillir son ambassadeur", indique le PV, qui précise que le responsable algérien, "ennuyé", a fini par administrer un coup de poing au visage de M. Khamlichi.

pv

Par ailleurs, le certificat médical délivré par le Milton Cato Memorial Hospital, où a été escorté Mohamed Ali Khamlichi, indique que ce dernier a été admis dans la salle des urgences avec un traumatisme contondant au visage. Toutefois les résultats d’examens auxquels Khamlichi a été soumis n’ont pas révélé de fracture. Des lésions au niveau des dents antérieurs ont en revanche été diagnostiquées.

"Il a été recommandé au patient d'être mis en observation (...) et ce dernier s'est vu proposer des analgésiques. Toutefois, le patient a décliné et a insisté pour sortir et être suivi dans sa chambre d'hôtel. Il a également indiqué qu'il comptait quitter sous peu le pays et qu'il serait par la suite suivi par son propre médecin pour des soins supplémentaires. Il lui a été expliqué que quitter l'hôpital et refuser les soins allaient contre l'avis médical (...) Le patient a compris mais a insisté pour quitter l'hôpital", ajoute le document émanant du Département accident et urgence de l'hôpital.

certificat médical
certificat médical

L'incident n'est pas passé inaperçu. Le porte-parole de l'ONU a qualifié de "malheureux" le fait que la réunion, pendant laquelle est survenu l'incident, ne se soit pas déroulée dans des conditions plus paisibles. “Évidemment, nous sommes présents pour assurer que les réunions se déroulent de manière pacifique. Malheureusement, ce n'est pas ce qui s'est passé dans ce cas particulier”, a t-il déclaré aux journalistes.

LIRE AUSSI:

Filed by Anaïs Lefébure