Les installations pétrolières d'El Kamour sont entièrement sécurisées, assure le ministère de la Défense

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Les installations pétrolières d’El Kamour sont entièrement sécurisées, a rassuré, dimanche, le ministère de la Défense nationale.

Dans un communiqué, le département a mis en garde, les manifestants contre tout affrontement avec les unités de la garde nationale et de l’Armée. Le département a élégamment prévenu contre les dommages physiques que peuvent subir les sit-inneurs en cas de recours progressif à la force, d’agression de militaires ou d’accès forcé aux installations pétrolières, déjà, sous protection de l’Armée.

« Tout contrevenant s'expose à des poursuites judiciaires, conformément aux dispositions de la loi en vigueur », souligne encore le ministère dans le même communiqué.

Par ailleurs, le département de la Défense a affirmé avoir appelé, jeudi, un spécialiste pour réduire, de manière provisoire, la pression dans l’unité de pompage du pétrole en raison de la tension qui régnait dans la région. « Le pompage du pétrole a retrouvé, dimanche, son rythme habituel », assure le ministère.

Les sit-inneurs près de la station de pompage du pétrole au Sahara de Tataouine avaient fermé, samedi, la station et levé le drapeau national sur son toit, en présence d'éléments de l'Armée nationale et du cadre technique travaillant dans cette unité.

Le même jour, des incidents ont éclaté, près de la station où des manifestants tentaient toujours d'envahir le site en vue de le fermer. Les unités de l'Armée nationale chargées de la protection de l’installation pétrolière avaient riposté en tirant deux coups de feu en l’air.

Retour au calme dans la ville de Tataouine après une nuit de tensions

Le calme est revenu, lundi, dans la ville de Tataouine, après une nuit de tensions en réaction contre l’annonce par le gouvernement de la réouverture de la vanne de la station de pompage de pétrole à El Kamour fermée samedi sous la pression des manifestants.

Les protestataires ont bloqué la route régionale n°19 reliant Tataouine et Remada et mis le feu à des pneus dans plusieurs artères de la ville. Des manifestants ont défilé en centre ville appelant au retrait des renforts sécuritaires et militaires à El Kamour et demandant au gouvernement de dialoguer avec eux et de répondre positivement à leurs revendications.

Des tentes ont été installées en face du siège du gouvernorat par des protestataires pour y observer leur sit-in. Des jeunes se sont joints au sit-in d’El Kamour où les lignes téléphoniques étaient coupées, selon certains.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.