Faire de Casablanca une smart city, est-ce (vraiment) possible? (ENTRETIEN)

Publication: Mis à jour:
CASABLANCA
DR
Imprimer

DÉVELOPPEMENT LOCAL - Casablanca a accueilli les 17 et 18 mai la seconde édition de la Smart City Expo. L'objectif de cette manifestation, qui s'inscrit dans l'agenda du Smart City Expo World Congress, est d'échanger autour de "solutions concrètes" devant accompagner la transformation de la ville. Son organisation a été confiée à la Société de développement local (SDL) Casablanca Events & Animation, sous la houlette de Fira de Barcelone. Le directeur général de la SDL, Mohamed Jouahri, revient sur l'importance de ce rendez-vous pour Casablanca et détaille la vision ambitieuse qu'il a pour la métropole qui, selon lui, sera quasiment transformée d'ici 2020.

HuffPost Maroc: La construction d'un palais des congrès à Casablanca a été annoncée en ouverture de la Smart City Expo de cette année par le président de la région. Pouvez-vous nous en dire davantage?

Mohamed Jouahri: C'est une très bonne nouvelle pour la ville de Casablanca. C'est un projet qui est inscrit dans le plan de développement régional (PDR). L'année prochaine, nous aurons certainement l'honneur et le plaisir de pouvoir présenter dans la troisième édition de Smart City les plans de ce palais des congrès.

Avez-vous une idée sur le début des travaux et sur les parties qui porteront ce projet?

Non, c'est encore trop tôt pour en parler. Mais je pense que cela se fera certainement dans l'esprit d'un partenariat public-privé.
Ce projet ne peut être que rentable pour ses porteurs, mais aussi pour la ville de Casablanca puisqu'il contribuera directement et indirectement à améliorer l'attractivité touristique de la métropole.

Nous sommes tous aujourd'hui conscients que Casablanca manque d'un espace d'expositions à sa hauteur. Nous n'avons pas besoin d'être un élu ou président d'un conseil de territoire pour comprendre que la ville souffre de ce point-là. Aujourd'hui, en dehors du Hyatt Regency, il n'y a pas vraiment de lieu privé ou public qui puisse accueillir un événement qui dépasserait une affluence de 3.000 personnes.

On nous a d'ailleurs reproché d'avoir choisi un hôtel cinq étoiles pour accueillir la Smart City Expo, au lieu de l'OFEC (ndlr, l'Office des foires et expositions de Casablanca). Cependant, l'OFEC aujourd'hui, logistiquement parlant, n'offre plus la possibilité d'organiser des événements d'une telle taille. Même le Salon de l'automobile qui était jusqu'à peu organisé là-bas ne peut plus s'y tenir.

Que devient l'OFEC aujourd'hui?

Aujourd'hui, tant que la fusion de Maroc Export, l'Agence marocaine de développement des investissements et l'OFEC décidée par Moulay Hafid Elalamy n'a pas été encore complètement mise en oeuvre, l'office continue de recevoir des expositions et salons de taille humaine. Clairement, il n'offre plus une vraie surface d'exposition, et es à-cotés qui sont aujourd'hui un besoin nécessaire ne sont pas disponibles. Il n'y pas même plus où se parquer au niveau de l'OFEC.

La semaine dernière, nous avons reçu l'AIVAM (Association des importateurs de véhicules automobiles montés) qui est en train de chercher où organiser le salon Auto Expo de l'année prochaine, parce que l'OFFEC ne peut plus justement recevoir un tel événement.

Par ailleurs, toute la stratégie d'attractivité de la ville de Casablanca et le plan de déploiement sur trois ans qui va avec sont bâtis sur la présence d'un palais des congrès. Aujourd'hui, vous ne pouvez pas développer le tourisme d'affaires de manière sérieuse et avérée si vous n'avez pas un réceptacle qui peut justement être un lieu de congrès. Il suffit qu'on organise deux ou trois événements majeurs à Casablanca pour qu'il n'y ait plus aucune chambre de libre.

Qu'est-ce qu'apporte la Smart City Expo à Casablanca?

Aujourd'hui, la ville de Casablanca a des atouts avérés qui lui permettraient de s'ériger en vrai porte-drapeau africain de la smart city. Ces atouts concernent toute la partie ADN de Casablanca, qui a toujours été une ville laboratoire. Chaque fois qu'on veut essayer quelques chose qui sort un peu de l'ordinaire, c'est à Casablanca qu'on le fait.

Et puis, Casablanca est devenue aujourd'hui un vrai chantier à ciel ouvert. Il y a énormément de projets structurants en cours depuis le lancement du PDGC (Plan de développement du Grand Casablanca), le 26 septembre 2014. Tous ces projets ont dans leur business model la dimension "smart".

Cette dimension ne concerne pas uniquement une histoire de nouvelles technologies. Nous, comme les Français, traduisons cette appellation de smart city par ville intelligente, mais c'est très réducteur. Une smart city est une ville qui offre une certaine qualité de vie et de confort à ses citoyens.

Avec la Smart City Expo, notre objectif premier est d'interpeller le citoyen. Cette année, la thématique choisie est "la ville par tous" et non pour tous. Nous interpellons le citoyen pour que lui-meme devienne acteur du développement de sa ville. Une ville se construit et tout le monde est capable de contribuer à cette construction à travers son comportement, son engagement dans la responsabilité ssociétale et sa participation dans la vie active de son environnement.

N'est-ce pas très ambitieux?

Croyez-moi, si on arrive à utiliser le bon message, on arrivera à interpeller le citoyen marocain. Il ne faut pas être pessimiste. Nous avons récemment lancé avec la Wilaya de Casablanca un portail qui s'appelle Casa Tadamone. C'est un site de mise en contact entre des bénévoles et des association qui ont besoin d'aide, pas forcement financière, mais en nature. Nous avons reçu pas mal de candidatures spontanées de la part de bénévoles qui ont envie de faire des choses dans ce sens.

A votre avis, Casablanca pourrait un jour devenir une smart city?

Je suis convaincu qu'en 2020, on aura une Casablanca qui n'a strictement rien à avoir avec celle d'aujourd'hui, même pas avec celle d'il y a 10 ans. Par contre, cela ne voudra pas dire que nous aurons tout effacé. Nous aurons notamment encore des problèmes de transport en commun. Aujourd'hui, si on me demande de prendre le tramway à la place de ma voiture, je dirais non. Mais si mon trajet est sur le tram, je n'y réfléchirais pas deux fois.

D'ici 2020, nous aurons trois nouvelles lignes de tramway, un nouveau circuit avec une nouvelle flotte de bus aux standards internationaux, dans une logique de politique locale de préservation de l'environnement. Cela se fera aussi avec une approche de développement durable.

Nous voulons faire de Casablanca une ville verte frugale, c'est à dire que nous allons faire de Casablanca une smart city, mais avec nos propres moyens. Dubaï est aujourd'hui une ville smart, cela n'est plus à démontrer. Mais tout a été acheté et livré clé en main. Nous, nous avons envie de transformer la vile de Casablanca avec nos propres moyens, notre matière première et nos propres solutions smart.

Pour répondre à votre question, oui j'y crois, et beaucoup. Transformer la ville de Casablanca en smart city n'est plus un choix, mais une nécessité qui est confirmée dans la vision de développement de la ville de Casablanca.

LIRE AUSSI: