L'ONEE finalise "l'autoroute de l'eau potable" entre Rabat et Casablanca

Publication: Mis à jour:
STATION TRAITEMENT EAU OUM AZZA
L'ONEE finalise "l'autoroute de l'eau potable" entre Rabat et Casablanca | HuffPost Maroc
Imprimer

EAU - Le projet est dans le pipe depuis 2010 mais devrait être bouclé à la fin de l'année. L'Office national de l'eau et de l'électricité (ONEE) est en phase de terminer le renforcement de l'alimentation en eau potable de la zone côtière entre Rabat et Casablanca, région qui connaît un boom urbanistique depuis dix ans.

Le projet de création d'une nouvelle station de traitement de l'eau à Oum Azza, qui pompe l'eau brute provenant du barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah, situé à proximité du nouveau pont à haubans de Rabat, vise à renforcer l'approvisionnement en eau potable des villes qui longent la côte atlantique (Rabat, Casablanca, Tamesna, Témara, Mohammedia, Bouznika, Ben Slimane, etc.).

Ces dernières connaissent en effet un développement urbain, industriel et touristique important, d'où la nécessité de moderniser l'acheminement de l'eau potable.

"Le projet consiste à améliorer la quantité et la qualité de l'eau potable approvisionnée dans la région, notamment via la pose d'une nouvelle conduite ou 'autoroute' de l'eau potable, et à sécuriser cette dernière pour éviter les coupures d'eau par exemple", explique Mohamed Touahri, chef de projet à l'ONEE lors d'une visite du chantier organisée mercredi 17 mai pour la presse.

"Actuellement, l'alimentation de cette zone se fait à partir de la station de traitement du Bouregreg, avec un débit de 9 m3/seconde. Nous réalisons maintenant une autre station de traitement pour la sécurisation de cette région pour un débit de 5 m3/seconde", précise-t-il.

La réalisation de ce projet est faite "grâce aux dernières avancées technologiques en matière de traitement de l'eau, avec une liaison en fibre optique entre les différentes stations (pré-chloration, pompage et traitement)", indique M. Touahri.

Le coût global du projet s'élève à 170 millions d'euros, soit environ 1,9 milliard de dirhams, financés par la Banque africaine de développement (BAD) et l'ONEE. "Pour la nouvelle station de traitement, 90% sont financés par un prêt de la BAD et 10% par l'ONEE. Pour la pose de la nouvelle conduite de 2 mètres de diamètre entre Rabat et Casablanca, soit environ 80 kilomètres, la BAD finance le projet à hauteur de 80% et l'ONEE de 20%", indique Mohamed El Ouahabi, spécialiste en eau et assainissement au bureau de la BAD au Maroc.

Ce projet touchera, en 2030, 8 millions d'habitants, dont un million dans les villes rurales et les centres ruraux avoisinant l'axe Rabat-Casablanca.

Depuis le début du partenariat entre le Maroc et la BAD en 1970, l'institution financière africaine a financé 14 opérations dans le secteur de l'eau dans le royaume, pour un montant d'environ 1,2 milliard de dollars (soit 12 milliards de dirhams).

Sur le continent africain, le montant engagé par la BAD dans le secteur de l'eau et de l'assainissement s'élève actuellement à 3,2 milliards de dollars et devrait atteindre 5,5 milliards de dollars en 2019.

L’accès à l’eau et à l’assainissement et la gestion durable des ressources en eau font partie des 17 objectifs de développement durable (ODD) à l'horizon 2030 établis par l'ONU.

LIRE AUSSI: