Al Hoceima: Une marche demain pour dénoncer les déclarations du gouvernement

Publication: Mis à jour:
PROTEST MOROCCO
Louis Witter/Hans Lucas
Imprimer

TENSIONS - "Nous n’avons jamais été des séparatistes! Nos revendications sont légitimes, tandis que les accusations que nous a lancées le gouvernement sont insensées!" Nasser Zefzafi, qui serait l’un des leaders du "mouvement populaire du rif", ne mâche pas ses mots.

Dans une vidéo postée ce mercredi sur Facebook (page officielle des fans de Nasser Zefzafi), il annonce une nouvelle manifestation pour demain, jeudi. L’heure et le lieu n’ont pas encore été fixés, pour l’instant, mais l’appel à y participer y est virulent.

Cet appel à la protestation sous forme d’une grève générale accompagnée d’une marche interpelle les habitants de toute la région. Les commerçants sont, en effet, appelés à baisser les rideaux et à rejoindre le mouvement. Les partisans en dehors de la région sont également invités, par le biais de cette vidéo, à faire de cette manifestation "la plus importante" jamais observée à Al Hoceima.

La marche et la démarche

Si ce leader adopte un ton moralisateur, il tient, toutefois, à souligner que "la manifestation sera pacifique et civilisée". Et d’exprimer la volonté que cette manifestation soit un appel populaire pour le respect des habitants et un refus solennel de ces derniers d’être taxés de "séparatistes". "Le gouvernement doit assumer ses responsabilités" vis-à-vis des conditions de vie des Rifains.

Le communiqué publié par la majorité, au lendemain de sa réunion avec le ministre de l’Intérieur, dimanche soir, n’a pas réussi à atténuer la virulence des déclarations données à la presse par les leaders des partis de la majorité, à chaud. Et pour cause, ils y dénoncent "l’atteinte aux constantes nationales et aux valeurs sacrées du Maroc à travers l’instrumentalisation des revendications des habitants de la province". "Instrumentalisation" qui vise, selon leurs propos, à "nuire à l’intégrité territoriale du royaume et à promouvoir des idées destructives qui sèment la zizanie dans la région".

L’impact de ces propos ne s’est pas fait attendre, malgré le communiqué officiel de la majorité qui a mis l’accent sur le programme de développement de la ville. Le communiqué a précisé que "l’expression des revendications sociales est légitime", rappelant que "l’édifice institutionnel du royaume garantit des voies juridiques et d’intermédiation à même de contribuer à l’instauration d’un climat propice au respect total de l’esprit de la loi et de ses procédures".

Que se passera-t-il demain?

Malgré le renforcement sécuritaire que connait Al Hoceima, depuis lundi, selon des sources sur place, "la manifestation aura toutes les chances de se dérouler dans les meilleures conditions tant qu’elle ne comporte aucune forme de violence", confie au HuffPost Maroc, un militant associatif.

Lancé sur Facebook, "le mouvement populaire du Rif", né en réaction à la mort tragique de Mouhcine Fikri, en octobre dernier, a quitté le monde virtuel pour devenir la bête noire du gouvernement.

LIRE AUSSI: