France: la franco-algérienne Leila Aichi revient sur son investiture et dénonce "des accusations infondées"

Publication: Mis à jour:
LEILA AICHI
French EELV green party member and Senator of Paris Leila Aichi attends a meeting at the National Assembly in Paris on April 4, 2015. AFP PHOTO BERTRAND GUAY (Photo credit should read BERTRAND GUAY/AFP/Getty Images) | BERTRAND GUAY via Getty Images
Imprimer

Leila Aïchi a réagi à la polémique suscitée au lendemain de son investiture à la 9e circonscription des Français à l’étranger sous la bannière du mouvement "En Marche !" du président français Emmanuel Macron. Dans un communiqué posté ce mardi 15 mai 2017, la sénatrice de Paris a rejeté les "accusations infondées" d'être "pro-polisario", qualifiant cette polémique de "stérile et nuisible aux intérêts de "la France et de ses (ressortissants) au Maroc".

Au lendemain de l'investiture de Leila Aïchi, des politiciens et des personnalités marocaines se sont offusquées en raison des positions qualifiées de "pro-Polisario" de cette écologiste d'origine algérienne.

Des médias marocains présentaient, sous un angle accusateur, le fait que la sénatrice ait organisé en 2013 à Paris un colloque, parrainé par le Sénat français, sur le Sahara Occidental, durant lequel elle avait critiqué un "alignement de la France sur les positions du Maroc malgré les graves violations des droits de l’Homme constatées par les ONG humanitaires".

Quelques jours plus tard, la sénatrice est sortie de son silence, rejetant "des accusations infondées publiées, souvent de manière anonyme, sur les réseaux sociaux pour entacher mon intégrité et mon indépendance".

Elle a affirmé dans le même communiqué qu'elle n'a "jamais eu des paroles déplacées à l'encontre du Maroc, de son peuple et de la personne du roi", et de n'avoir aucune relation d'assujettissement envers une puissance ou des intérêts étrangers".

A propos de la question du Sahara Occidental, elle a affirmé "soutenir fermement la recherche d'une solution juste, durable et mutuellement agréée, sous l'égide des Nations unies". Elle a déclaré "se réjouir de l'adoption en avril dernier de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui rappelle l'importance de relancer sans délai le processus politique en vue d'une solution mutuellement acceptable".

Leila Aïchi a poursuivi que cette cette "polémique est stérile et nuisible aux intérêts de la France et de ceux de nos concitoyens vivant au Maroc".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.