Lauryn Hill signe un concert triomphal à Mawazine

Publication: Mis à jour:
Imprimer

MAWAZINE - Un an après Wycleef Jean, c'est un autre membre du groupe de hip-hop phare des années 90, les Fugees, qui a investi la scène de l'OLM Souissi.

Pour cette 16e édition, c'est la chanteuse du groupe, Lauryn Hill, qui est venue assurer le spectacle. La chanteuse, qui n'a donné ni conférence de presse, ni accordé d'interviews avant son concert, est arrivée avec un peu de retard (rien de grave comparé aux trois heures de retards auxquelles ont eu droit certaines scènes américaines). Prévu à 20h45, le concert a démarré vers 21h45, après une première partie assurée par un DJ.

La foule lui a vite pardonné ce petit contretemps. Il faut dire que la chanteuse a livré un des meilleurs concerts de cette édition.

Oh Morocco!

La chanteuse arrive sur scène avec une tenue qui semblait tout droit sortie des années 80. Chemise à pois XXL, pantalon taille haute maintenu par une énorme ceinture Gucci à perles, tarbouch sur la tête et énormes lunettes. Une boucle d'oreille à perles et maquillage façon paillettes dorées complétait ce look. On est très loin de l'image de la Lauryn Hill des années 90, avec ses pulls simples, dreadlocks, doudounes et beret rasta.

mawazine

Lauryn Hill qui entre les chansons interagi parfois avec le public, lui demandant par occasion de "danser", une demande que les spectateurs ont pris plaisir à observer.

En effet, si le début du concert a été légèrement perturbé par des problèmes de sons, la chanteuse a finalement réussi à séduire le public en interprétant plusieurs de ses titres les plus connus, dont les chansons des Fugees ("Y a-t-il des fans des Fugees ici ce soir?" demande-t-elle avant de se lancer dans un remix enflammé de "How many mics")

Mais c'est surtout sa ré-interprétation de "Killing me softly" et de "Ooh la la la", deux des chansons les plus connues du groupe, qui finissent par conquérir la foule.

mawazine

"Feeling good"

Mrs Lauryn Hill a également multiplié les reprises comme celles de Sade ("The Sweetest Taboo"), Bob Marley (qui n'est autre que le père de son ex-époux) ou encore "Can't take my eyes off of you" de Frankie Valli (une chanson qu'elle et son groupe disent ne pas jouer souvent, avant de rajouter: "on va la jouer pour vous ce soir").

Lauryn Hill a également repris le classic de Nina Simone "Feeling good", un titre qu'elle avait enregistré en 2016 pour la bande originale du documentaire basé sur la vie de la diva, "What happened, Miss Simone?".

Mais ce sont surtout les rap enflammés de la chanteuse et les chansons reggae qui ont le plus fait bouger le public.

sifeelamine

Après deux heures de tour de chant, la chanteuse a terminé la soirée sur un de ses plus grands succès, "Doo-Wop (That thing)", tiré de son unique album solo "The miseducation of Lauryn Hill", avant de quitter la scène un drapeau marocain sur les épaules. "La prochaine fois qu'on vient, il faudra que vous vous rapprochiez de la scène, je veux vous sentir proche", déclare la chanteuse avant cette dernière chanson. Sécurité oblige, pas sûr que les organisateurs du festival accède à cette requête.

LIRE AUSSI: