Mohamed Hassad promet de raser les classes préfabriquées d'ici 2019

Publication: Mis à jour:
DSC04916
DR
Imprimer

SANTÉ - Le problème des classes préfabriquées, jugées hautement cancérigènes, refait surface. Le ministre de l’Éducation nationale, Mohamed Hassad, qui répondait ce mardi à une question orale lors de la séance mensuelle à la Chambre des représentants, a promis d’éradiquer les 25.000 classes montées dans les campagnes. Il se donne un délai de 2 ans pour les raser totalement. L’opération pourrait coûter jusqu’à 5 milliards de dirhams.

Hassad a également promis de résoudre les maux de l’école publique, particulièrement le déficit en ressources humaines. Il assure que les futurs enseignants qui seront affectés dans les collèges et lycées seront formés avant la prochaine rentrée scolaire. La tutelle n’a pas d’autre choix que d’accélérer la cadence pour contrer les départs à la retraite estimée à 12.000.

Mais c’est surtout le secteur privé qui est une fois de plus appelé à la rescousse. Le ministre de l’Éducation nationale n’a pas caché son ambition d’impliquer davantage les opérateurs privés. "Les besoins du système l’imposent", dit-il.

Mohamed Hassad reconnaît toutefois que certaines écoles ne répondent pas aux normes de qualité. "Il y a du bon comme du mauvais. Notre rôle est d’accompagner justement ces écoles qui doivent faire plus d’efforts pour offrir une formation de qualité", ajoute Hassad. Son département a contrôlé plus de 450 écoles privées pour relever les défaillances. Les visites effectuées ont fait l’objet d’un rapport détaillé qui lui a été soumis hier, lundi 15 mai.

LIRE AUSSI: