L'OMDH crée un comité de suivi pour les réfugiés syriens coincés près de Figuig

Publication: Mis à jour:
REFUGIES SYRIENS
L'OMDH crée un comité de suivi pour les réfugiés syriens coincés près de Figuig | Figuig Photographie
Imprimer

MIGRATION - L'Organisation marocaine des droits humains (OMDH) vient de créer un comité de suivi pour les réfugiés syriens coincés depuis un mois à la frontière maroco-algérienne près de Figuig.

41 personnes, dont 13 enfants et 10 femmes, vivent depuis le 17 avril "une situation humanitaire alarmante avec des conditions météorologiques difficiles", écrit l'OMDH dans un communiqué. Un deuxième groupe de 14 personnes aurait rebroussé chemin vers l'Algérie, selon le président de l'OMDH Boubker Largou interrogé par le HuffPost Maroc.

Afin de faciliter l'envoi d'aide humanitaire aux réfugiés, essentiellement de la nourriture et des médicaments, des associations de défense des droits humains et civiques ont ainsi mis en place lundi 15 mai un comité de suivi. Ce dernier souhaite "trouver une solution" à cette crise, "en conformité avec le droit international humanitaire et les droits de l'homme", indique l'OMDH.

Le comité, composé de sept associations dont le Forum des alternatives Maroc, le Centre marocain pour la démocratie et la sécurité, l'Association démocratique des femmes du Maroc et l'Observatoire marocain des libertés publiques, "coordonnera également ses activités avec d'autres organisations civiques sur place pour atteindre cet objectif", précise le communiqué.

Selon le président de l'OMDH, un mémorandum sera adressé ce lundi par le comité de suivi aux ministères de l'Intérieur, de la Justice et des Droits de l'Homme, pour trouver une solution à la crise et accélérer les pourparlers avec le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

"Il est urgent de trouver une solution pour ces réfugiés qui vivent dans des conditions très difficiles à cause de la forte chaleur et du vent", déplore Boubker Largou, lui-même originaire de la région.

Mercredi 10 mai, le ministre délégué chargé des MRE et des affaires de la migration, Abdelkrim Benatiq, s'était exprimé sur la question lors d'une rencontre organisée à Rabat avec les représentants d'associations d'aide aux migrants.

"Nous sommes dans l'obligation de protéger nos concitoyens car la sécurité des Marocains passe avant tout. On ne peut pas risquer de laisser passer n'importe qui", avait-il fait valoir.

Jeudi 18 mai, une dizaine d'associations maghrébines organisent, à 18h30 place du Châtelet à Paris, une manifestation de soutien aux réfugiés syriens.

Selon un communiqué relayé par Maghreb Emergent, les associations exigent des autorités marocaines et algériennes "d'assurer la protection des réfugiés et des migrants, de les accueillir dignement et de leur garantir dans l'urgence l'acheminement des vivres et des soins". Elles exhortent également "les instances internationales" à trouver "une solution rapide dans le respect du droit et des conventions internationales".

LIRE AUSSI: