Le come-back de Nawal El Zoghby à Mawazine

Publication: Mis à jour:
Imprimer

MAWAZINE - C'est un des noms les plus connus de cette 16e édition du festival Mawazine. La chanteuse libanaise, qui fut l'une des plus grande stars arabes des années 90, revient à Mawazine pour un concert sur la scène orientale de Nahda.

"Pour moi, il n'existe pas de star mondiale arabe"

Plus tôt dans la journée, Nawal El Zoghby avait répondu aux questions des journalistes au cours d'une conférence de presse. Cachée derrière un mur de micros, on pouvait cependant apercevoir son brushing et maquillage impeccables.

mawazine

La chanteuse a répondu à des questions sur ses futurs projets, évoquant la possibilité d'un projet de télé-réalité, mais les questions sur sa vie privé n'ont pas été évitées, notamment concernant ses opérations de chirurgie esthétiques qu'elle avoue "regretter".

Autre sortie marquante durant la conférence de presse: la chanteuse déclare "qu'il n'existe pas de star mondiale arabe", malgré l'exclamation de certains journalistes qui ont souhaité souligner que Cheb Khaled ou Saad Lamjarred en font partie. Mais la chanteuse n'en démord pas, et assume ses propos. "Il existe des stars arabes connues à l'échelle régionale, mais pas mondiale. Cela reste mon avis", ajoute la chanteuse. "On ne va pas me mettre en prison pour avoir dit cela!", plaisante la chanteuse, non sans ajouter qu'elle apprécie Cheb Khaled, "le roi du raï".

Revenant à la raison de sa présence à Rabat, Nawal El Zoghby a également évoqué son concert en indiquant qu'elle prévoyait une "surprise pour ses fans marocains".

Des fans fidèles

Le soir du concert, les fans de la chanteuse se sont précipités sur le devant de la scène, brandissant pour certains des portraits de la chanteuse, de petites pancartes où l'on pouvait lire "I love Nawal", ou encore des dessins, un peu approximatifs, de la chanteuse. Une foule qui, malgré la célébrité de la chanteuse, était moins nombreuse dans la zone payante, que lors des éditions précédentes.

Si le présentateur annonce la chanteuse comme étant une "amoureuse du caftan marocain" (et du tajine), c'est dans une spectaculaire robe du styliste philippin Michael Cinco.

nawal

nawal alzoghby

Une robe à paillettes, digne d'un conte de fées, qui fait son effet auprès des spectateurs.

La scène, un exercice bien rodé pour Nawal El Zoghby

S'en suit un tour de chant d'une heure et demie, au cours duquel la chanteuse enchaîne ses tubes les plus connus, non sans interpréter de nouvelles chansons comme "Caramel". L'occasion pour cette dernière de faire la promotion de la série ramadanesque "Caramel", dont la chanson éponyme sert de générique.

Il faut dire que la scène est un exercice bien rodé pour la chanteuse, qui n'en est pas à sa première participation à Mawazine. Nawal El Zoghby n'hésite pas d'ailleurs à diriger ses musiciens entre deux notes, ni à esquisser quelques pas de danse.

Durant le concert, la chanteuse a souvent exprimé sa reconnaissance auprès de ses fans marocains, terminant le spectacle par une note patriotique en portant un drapeau marocain sur ses épaules, tandis que l'écran derrière elle en affiche un second.

mawazine

LIRE AUSSI: