JAOU Tunis 2017: Lumière sur les galeries participantes

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Pour son édition 2017, centrée sur le thème de la migration, JAOU Tunis a amorcé ce dimanche 14 mai, un parcours autour d’une sélection de galeries. Des expositions spécifiques sont ainsi présentées dans les sept lieux partenaires de l’événement.

L’occasion de découvrir ou redécouvrir des lieux phares, mais aussi un échantillon d’artistes talentueux et prometteurs, du milieu artistique local en pleine effervescence.

Le HuffPost Tunisie vous propose un tour d’horizon de ces lieux d’exposition incontournables.

Le Violon bleu : Véritable écrin dissimulé dans la colline de Sidi Bou Saïd, le Violon bleu expose des artistes contemporains tunisiens et internationaux. La galerie s’inscrit surtout dans une volonté d’encourager l’émancipation de la scène artistique tunisienne. Créée en 2004, elle est présente à Londres depuis 2006.

Pour JAOU, elle présente un hommage au peintre de l’École de Tunis Ali Bellagha (1924-2006), célèbre notamment pour son anticonformisme pictural. La galerie tente, pour l’occasion, de recréer l’univers intimiste de l’artiste en dispersant ses toiles aux tons ocre et brun au milieu d’objets qui lui sont liés ou lui ayant appartenu.

12 place Sidi Hassine, Sidi Bou Saïd

a

vio

Selma Feriani Gallery : La galerie Selma Feriani, voisine de la galerie Le Violon bleu a été créée en 2009 à Londres, avant d’ouvrir ses portes à Sidi Bou Saïd en 2013. Elle met en valeur les œuvres d’artistes contemporains émergeant de tous horizons et a participé à plusieurs foires d’art contemporain notables comme les prestigieuses « Art Basel » ou « Art Dubaï ».

Dans le cadre de JAOU, Selma Feriani Gallery présente l’exposition "Imagining Post-Truth" de l’artiste libanais Ziad Antar, qui nous offre à admirer quelques photographies emblématiques de son approche d’expérimentation de la lumière et des couleurs.

s
c

À l’étage, on retrouve les travaux du tunisien Nidhal Chamekh à travers différents médiums (sculpture, toile et croquis), dans la continuité de l’exposition qu’il présentait à la galerie en 2016.

8 place Sidi Hassine, Sidi Bou Saïd

v

az

Aïcha Gorgi : Également située au cœur des ruelles escarpées de Sidi Bou Saïd, la galerie Aïcha Gorgi est un nom qui résonne fréquemment dans les discussions des esthètes tunisiens. Elle s’engage, depuis 2010, à soutenir et faire connaître de nouveaux talents au public tunisien.

Aïcha Gorgi accueille pour cette édition l’exposition personnelle du jeune artiste tunisien Walid Ardhaoui intitulée "برزخ-Isthmus". Celle-ci propose des œuvres fraîches et novatrices, bousculant les lignes habituelles du paysage pictural tunisien. Ces imposantes toiles aux représentations figuratives colorées, témoignent à la fois de l’inspiration débordante et de la maîtrise technique de l’artiste.

3 rue Sidi El Ghemrini, Sidi Bou Saïd

vz
es

Ghaya Gallery: La galerie Ghaya, est quant à elle difficile à manquer si vous passez place de gare à Sidi Bou Saïd. Celle-ci a ouvert ses portes au printemps 2014 et dispose aujourd’hui d’une réputation flatteuse déjà bien établie. Elle collabore avec des artistes principalement tunisiens mais aussi internationaux au service d’une programmation variée et dynamique.

Le graphiste et calligraphe tunisien Inkman y est mis à l’honneur pour l’événement, entamant ainsi sa première exposition personnelle en Tunisie. Toiles et sculptures aériennes expriment, à travers la calligraphie moderne, la vision méditative et poétique de leur créateur.

16 place de la gare, Sidi Bou Saïd

bgf

Galerie Alexandre Roubtzoff : La galerie qui rend hommage à l’emblématique peintre franco-tunisien Alexandre Roubtzoff (1884-1949), a été inaugurée en 2014 au centre de La Marsa. Elle présente les travaux d’artistes tunisiens établis et émergents.

Pour JAOU, la galerie vous propose d’admirer les toiles aux couleurs acidulées du peintre Adel Akremi. S’il n’expose ses œuvres que tardivement, ce dernier réussit, rapidement, à populariser ces scènes évoquant une Tunisie vive et joyeuse. On y retrouve des figures schématisées, dissimulées sous des formes géométriques colorées.

12 rue Iman Abou Hanifa,La Marsa

bf

ggh

El Marsa : Cachée derrière une porte ancienne, dans une ruelle du centre de la Marsa - cette galerie expose une impressionnante collection d’œuvres modernes et contemporaines depuis 1994, dans le but de promouvoir l’art du monde arabe. Présente dans d’importantes foires à Dubaï, Abu Dhabi, Paris, Marrakech, ou encore Miami, El Marsa dispose également d’un second emplacement à Dubaï depuis 2015.

Pour l’édition 2017 de JAOU, la galerie –récemment agrandie et rénovée – met en lumière le travail du plasticien tunisien Atef Maatallah à travers sa 3ème exposition personnelle intitulée "S'hab / S'mè". Elle invite également les artistes Maher Habib Gnaoui et Ala Eddine Slim (réalisateur du film « The Last of us » primé à la Mostra de Venise)à partager leurs expériences artistiques. Les œuvres d’Atef Maatallah, parmi lesquelles on reconnaîtra des visages tunisiens familiers, revisitent les codes de la narration figurative avec une remarquable maîtrise du dessin.

2 place du Safsaf,La Marsa

vs
vvx
vz

La Maison de la plage: Initiée en 2012 par la designer Hajer Azzouz, la maison de la plage est un espace de rencontre et d’exposition qui s’attache à accompagner et promouvoir la jeune scène artistique tunisienne. Hajer Azzouz en fait un lieu unique et convivial en y exposant aussi des objets personnels dénichés notamment au fil de ses voyages.

En harmonie avec ces pièces raffinées, on retrouve, à l’occasion de JAOU Tunis, les illustrations de l’artiste tunisien Othmane Taleb. Dessinateur hors pair, mêlant abstraction et figuration, il anime corps et visages, tentant de « peindre un passage visuel à travers les êtres ». Conduit au dessin par une formation en architecture, il recherche à apposer celle-ci dans les corps qu’il dessine. Pour chacune de ses réalisations, Othmane Taleb se dit avant tout guidé par un « amour de l’être humain ».

16 bis rue Sidi Salah, Marsa cube

vg
te

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.