Allal Bennani, ex-directeur chez Zara devenu coach mental à succès

Publication: Mis à jour:
ALLAL BENNANI
allalbennani.com
Imprimer

PORTRAIT - Allal Bennani a longtemps cru que sa destinée était toute tracée. Après avoir suivi des études en business international, il fonde et devient le président du réseau humanitaire Leo Lions Club de Tanger au début des années 2000. Puis, à 26 ans, il devient directeur monde de la marque Zara Hommes. Il tiendra le poste durant 8 ans, avant de dévier complètement de trajectoire.

L'élément déclencheur? La perte de ses deux frères dans un tragique accident de voiture. L'événement lui fait l'effet d'un électro-choc. Il choisit de quitter son poste chez Zara pour prendre le temps de faire le point, de se poser des questions existentielles, et de s'intéresser au concept de développement personnel.

Très vite, un objectif concret se dessine: "apprendre aux gens à aller mieux et à réfléchir mieux", explique-t-il au HuffPost Maroc. Si les premiers à suivre sa méthode sont ses anciens collègues de chez Zara, aujourd'hui, Allal Bennani, installé à Barcelone, coache des centaines de personnes et officie aussi bien au Maroc qu'au Mexique, en France, au Panama, en Angleterre et aux États-Unis.

Un gourou du bien-être comme il en existe tant d'autres dans cette profession? Reste que le terme "gourou" ne plaît pas forcément au jeune coach de vie. "Je n'aime pas ce terme, dans le sens où l'on a chacun un chemin de vie. Je ne pense pas qu'il y ait une seule personne à écouter. Nous sommes tous gourous les uns pour les autres. Si on partageait avec authenticité nos expériences, cela changerait totalement notre perception de la vie", assure-t-il.

"Le coaching et la thérapie sont deux domaines bien distincts"

Allal Bennani porte plusieurs casquettes. D'une part, il coache des gens dans le monde entier. D'autre part, une semaine par mois, il se rend dans son cabinet de Casablanca pour y donner des consultations en tant que thérapeute. Deux emplois qui, s'ils présentent des points communs, sont en réalité très différents, tient à souligner le principal intéressé.

"Le coaching est conçu pour ceux qui cherchent à atteindre un objectif concret. En revanche, la thérapie vise une clientèle qui est atteinte par des blessures émotionnelles: la boulimie, l'insomnie, la peur inexpliquée des finances, une anxiété très prononcée, les addictions, etc.", précise Allal Bennani. "C'est une des raisons pour lesquelles certains clients sont déçus des coachs, alors que ce n'est pas la faute de ces derniers: c'est simplement un mauvais usage", poursuit-il.

Concernant son rôle auprès des gens qu'il coache, Allal Bennani répond: "J'enseigne d'une manière très ludique à travers des jeux de rôles, des histoires, des mises en situation... Les gens prennent conscience de la manière dont ils fonctionnent. Car c'est l'état émotionnel qui détermine toutes nos décisions. Si l'on apprend à gérer ses émotions, on apprend à gérer sa vie", assure-t-il.

Sur les réseaux sociaux, les commentaires ravis de ses adeptes ne manquent pas. Mouna, 50 ans, fait partie de ces personnes désormais convaincues, pour ne pas dire conquises, par les modules proposés par Allal Bennani. "Cela m'a réconforté et m'a redonné espoir en moi", nous confie-t-elle, sans tarir d'éloges pour parler de son coach. "Il nous éclaire, il nous apprend à mieux s'aimer, à mieux aimer. Grâce à lui, je me suis remise en question, et j'ai vite eu les armes pour m'améliorer. Cela nous apprend à éviter les jugements et les préjugés, dans l'objectif final de mieux s'ouvrir aux autres. Ouvrir son coeur, et améliorer sa spiritualité", dit-elle encore.

Même enthousiasme du côté de Yousra, 36 ans, également initiée au coaching de Allal Bennani: "J'ai participé pour la première fois à un atelier il y a deux ans, alors que je vivais une lourde dépression. Le premier atelier a été une véritable révélation pour moi. C'est en grande partie grâce à Allal que j'ai réussi à reprendre ma vie en main et à demander le divorce", se souvient Yousra. "Je suis maintenant une nouvelle personne, heureuse et épanouie. J'ai déjà participé à 4 reprises aux ateliers et à chaque fois, je me sens un peu mieux", poursuit-elle.

Tony Robbins, un mentor apprécié... et controversé

tony robbins

Pour se faire un nom en tant que coach, Allal Bennani n'a pas fait dans la demi-mesure. Il s'est directement entouré de l'un des pionniers en la matière, à savoir l'Américain Anthony Robbins, dit "Tony" Robbins. Ce nom ne vous dit sûrement rien, mais aux États-Unis, ce coach est un véritable phénomène. Robbins est un professionnel du "self leadership" ou développement personnel, une industrie qui remplit les stades et les salles de concert outre-Atlantique.

Tony Robbins est par ailleurs lié avec un grand nombre de célébrités, dont l'ancien président américain Bill Clinton, Nelson Mandela, Mère Teresa, l'ex président russe Mikhail Gorbatchev, ou encore Margaret Thatcher. Plus récemment, il a conseillé l'acteur hollywoodien Hugh Jackman, la tenniswoman américaine Serena Williams et le milliardaire américain Warren Buffet avec qui il semble entretenir une relation privilégiée.

Le coach a une méthode bien à lui, quitte à surprendre son auditoire. En juin dernier, il organisait ainsi un séminaire à Dallas, durant lequel ses initiés étaient invités à traverser un chemin de braises rouges, pieds nus. L'épreuve avait déjà suscité la polémique suite à des brûlures significatives subies par plusieurs de ses adeptes.

Interrogé par le HuffPost Maroc au sujet des méthodes particulières utilisées par son mentor, Allal Bennani explique que "c'est une ligne de braises" que les gens traversent. "Il s'agit d'une métaphore pour dire que l'on est capable de surmonter les épreuves qui nous paraissent insurmontables", indique-t-il avant de rappeler qu'il ne fait pas ce genre d'activités: "Je ne suis pas Tony Robbins, je suis Allal Bennani", tranche-t-il pour souligner qu'il se démarque de son mentor.

En quête d'une spiritualité 2.0

Dans la notion de coaching, la spiritualité tient une place importante. "Pendant longtemps, la religion a été le pilier pour la plupart des gens. C'était ce qui leur servait de référence, de guide. J'ai beaucoup de respect pour la religion, mais je pense juste que les gens cherchent désormais d'autres piliers pour trouver leurs réponses. L'un ne se substitue pas à l'autre", nuance Allal Bennani, qui ne préfère pas s'aventurer à comparer coaching et religion.

Une comparaison osée par le New York Times qui a qualifié Tony Robbins (encore lui) de "grand prêtre du potentiel humain".

Reste que le credo de Allal Bennani est de lutter contre l'"analphabète émotionnel" qui sommeille en chacun de nous. Et pour convaincre son auditoire, le coach sait se montrer persuasif, usant du tutoiement et invitant ses adeptes à le rejoindre avec une interpellation qui sonne comme une promesse: "Réveille-toi, sois heureux".

Allal Bennani organisera les 23 et 24 septembre prochain deux journées de coaching à Paris. Puis, du 30 septembre au 1er octobre, il se rendra à Casablanca, avant d'aller à Abidjan les 7 et 8 octobre. Comptez entre 450 et 2.200 dirhams le module d'un atelier, selon qu'il s'adresse aux adolescents ou aux adultes (à moins que votre préférence n'aille à un stage résidentiel de plusieurs jours).

LIRE AUSSI: