L'association "Vaincre l'autisme" se prépare à ouvrir une école spécialisée à Rabat

Publication: Mis à jour:
VAINCRE AUTISME
Vaincre l'Autisme
Imprimer

AUTISME - Au Maroc, le sujet suscite peu d'actions. Mais l'association française "Vaincre l'autisme", implantée au Maroc depuis août 2002, est bien déterminée à faire avancer les choses. Comment? Par l'ouverture, en octobre prochain, d'une section scolaire spécialisée dans l'accompagnement d'enfants autistes à l'école "Dar Essalam Al Hassania" dans le quartier de Souissi à Rabat.

Une structure relativement réduite

Le projet baptisé "Futuroschool" vise à dispenser un enseignement au cas par cas, adaptable aux besoins de chacun des 12 enfants autistes qui en bénéficieront chaque année. Le nombre réduit des élèves traduit, selon l'association, sa volonté de remplir sa mission et surtout d'en assurer la qualité requise pour aboutir à des résultats probants. Le système éducatif s'articulera autour d'ateliers privilégiant l’écoute des différences et des compétences des enfants.

Pour le lancement de la "Futuroschool" de Rabat, deuxième section scolaire du genre après celle de Paris, 12 accompagnants sont actuellement en formation au Centre Al Manar, pour préparer au mieux la rentrée. Le centre Al Manar est un centre psycho-pédagogique dans lequel les éducateurs spécialisés de nombreux organismes et associations viennent se former. "Notre objectif, à moyen terme, est de pouvoir former entre 300 et 400 accompagnants chaque année", confie M'hammed Sajidi, président fondateur de l'association "Vaincre l'autisme".

Stimuler l'engagement des parents

"Vaincre l'autisme" a été fondée dans le but de créer un dialogue entre une structure compétente et les parents d'enfants autistes. Ce principe reste l'un des piliers de l'action de l'association. Ainsi, la "Futuroschool" de Rabat s'inscrira dans la volonté d'impliquer les parents à 100% dans le processus d'éducation de leurs enfants puisqu'ils seront co-auteurs du programme éducatif. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les 12 élèves ne seront pas choisis en fonction de leurs capacités, mais en fonction de la détermination de leurs parents. Un système qui permet donc de responsabiliser au maximum la famille de l'enfant autiste, afin que ce dernier ne vive pas de grands écarts entre l'école et la maison. Une manière également pour "Vaincre l'autisme" de s'assurer de la bonne transmission de son enseignement à l'école comme à la maison.

Les parents sont, par ailleurs, invités à se former à l'Analyse appliquée du comportement (ABA, Applied Behavior Analysis) qui est un module de formation mondialement connu et reconnu. Cette formation dispensée par des professionnels français de l'autisme, membres de l'association, dure 5 jours et coûte 3.000 dirhams par personne.

3 questions à M'hammed Sajidi, président fondateur de l'association "Vaincre l'autisme", lui-même père d'un enfant autiste

vaincre lautisme président

Avez-vous reçu une aide de la part du gouvernement ou des institutions marocaines?

Nous n'en avons reçu aucune. En 2009, nous avions publié un rapport sur l'autisme au Maroc, dans lequel nous avions tracé les lignes d'une vraie stratégie politique pour agir face à l'autisme. Depuis, aucune réaction du gouvernement ni même des propositions. Huit ans après ce rapport, il n'y a toujours aucun plan d'action gouvernemental pour l'autisme au Maroc. Je n'ai pas peur de dire qu'il s'agit là d'un délaissement étatique.

Combien coûtera la scolarisation annuelle d'un enfant autiste dans la "Futuroschool" de Rabat?

Nous serons en mesure de proposer des frais de scolarisation mensuels entre 5.000 et 6.000 dirhams. Ce coût peut, toutefois, diminuer si l'on obtient des aides financières. Il faut préciser que c'est un coût très faible par rapport à ce que propose la "Futuroschool" à Paris: 5.000 euros par mois par enfant scolarisé.

Comment comptez-vous développer les structures d'aide à l'autisme au Maroc?

Notre objectif, à long terme, est de propager ces "Futurochools" partout au Maroc. Nous visons l'ouverture d'une dizaine de "Futuroschools". La question, pour nous, c'est la montée en compétence des professionnels de l'autisme, ici au Maroc, pour pouvoir démocratiser la formation des autistes et mieux défendre la cause. Je veux me donner corps et âme pour dynamiser la lutte contre l'autisme au Maroc. C'est la raison pour laquelle nous serons très exigeants dans la mise en place de cette première "Futuroschool" marocaine. Nous mettrons en place une prise en charge d'excellence avec des familles et des professionnels engagés. Le but étant que cette compétence soit maîtrisée et généralisée au niveau national, et que l'état la prenne en main plus tard.

LIRE AUSSI: