Plus de 940 millions DA pour l'achèvement de 3 hôpitaux à Batna

Publication: Mis à jour:
HOSPITAL ALGERIA
An Algerian doctor prepares a vaccine dose against the H1N1 flu at 'Beni Mesouss' hospital, on December 30, 2009 in Algiers. Algeria launched a national swine flu vaccination campaign on Wednesday. The vaccination campaign will be carried out in six phases to cover public and private health personnel, pregnant women, staff involved in core and strategic activities, all patients suffering from chronic diseases, children and teenagers over six months to 14 years of age, announced the Ministry of | FAYEZ NURELDINE via Getty Images
Imprimer

Plus de 940 millions DA ont été réservés pour l’achèvement des travaux des hôpitaux de Ras Laâyoun, Thniet El Abed et Takout dans la wilaya de Batna, a affirmé samedi le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.

"Le gouvernement a favorablement répondu aux demandes relatives à l’achèvement de la réalisation de ces infrastructures hospitalières entravées par des problèmes compliqués", a ajouté M. Boudiaf, également ministre des Transports par intérim.

Il a, à ce propos, affirmé la réception vendredi soir, par le secrétaire général de la wilaya de la décision d’attribution de l’enveloppe financière nécessaire à l’achèvement des travaux de ces trois hôpitaux.

Dans ce sens, M. Boudiaf a instruit les autorités locales et les responsables concernés à l’effet de relancer "dès demain dimanche", les chantiers des travaux dans ces trois hôpitaux, dont le taux d’avancement a dépassé les 90%.

Il a également donné des instructions pour l’entame des procédures relatives à l’équipement de ces infrastructures pour les mettre en exploitation "avant la fin de l’année 2017".

M. Boudiaf s’est engagé à doter ces trois futurs hôpitaux de staffs médicaux nécessaires.

Le ministre qui a entamé vendredi soir une visite de travail dans la capitale des Aurès où il a effectué des inspections inopinées dans un nombre d’établissements relevant de son secteur tel que l'établissement hospitalier spécialisé (EHS) mère-enfant Meriem Bouattoura, les urgences médicales du Centre-hospitalo-universitaire (CHU).

Par ailleurs, le ministre a procédé samedi matin à l’ouverture d’une journée d’étude organisée à l’Institut supérieur paramédical à l’occasion de la Journée mondiale de la sage-femme.

Au cours de ce séminaire, le ministre a annoncé la dotation "dans dix jours" de l’hôpital d’Ain Touta d’un scanner en attendant la livraison d’un second scanner et d’un équipement d’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour le CHU.

Il a, à cette occasion, insisté sur davantage d’efforts dans la formation et de la formation continue pour les sages-femmes qui occupent, a-t-il affirmé, "une place spéciale" dans la nouvelle loi de la santé.

"L’Algérie qui a largement dépassé les objectifs tracés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), s’agissant de la mortalité maternelle à l’accouchement et la mortalité néonatale œuvre à réduire ce taux et le placer entre 2 à 3 cas et pourquoi pas zéro décès", a ajouté M. Boudiaf.

Le ministre qui a appelé à conjuguer les efforts et à sensibiliser le professionnels concernés quant à l’importance de ce sujet, a fait part d’une réflexion pour l’élaboration en Algérie "d’un programme pédagogique pour les sages-femmes pour être au diapason avec les avancées mondiales du domaine".

M. Boudiaf a insisté sur l’importance d’effectuer des jumelages entre les structures de santé des grandes wilayas au profit des régions enclavées pour la concrétisation du principe de la santé de proximité et l’élargissement de l’activité hospitalo-universitaire aux régions à forte densité démographique à l’instar d’Ain Touta et Arris à Batna.

A l’ouverture des journées scientifiques régionales paramédicales au CHU de Batna, le ministre a indiqué que la nouvelle loi de la santé était un "système consensuel regroupant dans ses chapitres plusieurs thèmes qui n’ont pas été évoqués depuis 1962".

En Algérie, le nombre des paramédicaux atteindra fin 2018, début 2019, les 19.200 praticiens garantissant "une couverture totale de toutes les wilayas du pays et les régions enclavées", a affirmé le ministre, ajoutant, après avoir félicité les opérations de greffes de foie et de reins lancées récemment à Batna, que la santé "se portait bien" en Algérie.

Exprimant sa satisfaction quant au fonctionnement de son secteur dans cette wilaya notamment après les visites inopinées effectuées dans certains établissements, le ministre a indiqué que "le système de travail 24H/24 a donné ses fruits et a contribué à la réduction de la pression sur les urgences du CHU".

M. Boudiaf avait au cours de sa visite inauguré un centre de diagnostic médical privé, où il a mis en relief la nécessité de la complémentarité entre les secteurs privé et public, au service du malade.

Il a eu également à visiter le premier malade ayant bénéficié d’une greffe de foie et sa sœur donatrice qui doivent quitter aujourd’hui l’hôpital après la réussite de l’opération.