Des conventions au profit de startups pour transformer Alger en "une ville intelligente"

Publication: Mis à jour:
ALGIERS
View of Algiers by night, Algiers on November 25, 2016. (Photo by Billal Bensalem/NurPhoto via Getty Images) | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Plusieurs conventions ont été signées jeudi au siège de la wilaya d'Alger entre l'entreprise SEAAL et la startup "Acquasafe" et entre d'autres startups activant dans les TIC, et ce dans le but de transformer la capitale en une "ville intelligente".

Conclue entre SEAAL et la startup "Acquasafe" la première convention porte sur l'équipement des stations d'épuration et de pompage de la SEAAL en "capteurs" permettant de protéger l'environnement. Cofondatrice de "Acquasafe", Malek Imene, ingénieur d'Etat diplômée de l'Ecole nationale polytechnique, a indiqué dans ce sens que "l'entreprise a développé un dispositif permettant de contrôler la qualité des eaux usées déversées par les usines, un système visant à protéger l'environnement".

La deuxième convention conclue entre les deux startups "KBM" et "AFind" concerne quant à elle la conception de systèmes et plateformes informatiques pour améliorer le système de santé à Alger. La startup "Afind" a mis en place, selon Abdessabour Benzegane, un des gérants de l'entreprise, le site électronique www.sihhatech.com, un site web permettant aux patients "de consulter, rapidement et gratuitement les noms, adresses et numéros de téléphone des médecins, toutes spécialités confondues, et de prendre rendez-vous par internet sans se déplacer".

Des conventions ont été signées avec plus de 400 médecins, de différentes spécialités, contre un prix symbolique allant de 1000 à 1500 da par mois, a-t-il ajouté.

Pour sa part, Ilyas Kaabi, cofondateur de "KBM" a relevé que la convention signée avec la startup "Afind" permettra de "mettre en place une clinique numérique, l'ouverture d'un dossier médical électronique pour chaque patient et l'archivage électronique permettant de gérer les dossiers des malades".

La wilaya d'Alger a besoin de startups pour transformer la capitale en une ville intelligente

A l'occasion de la signature de ces conventions, le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh a appelé à aider les jeunes universitaires porteurs d'idées innovantes à créer leurs propres startups dans les plus brefs délais, et ce, en soutien au Plan stratégique de la wilaya d'Alger, pour en faire ainsi, une ville intelligente dans les plus brefs délais.

Pour ce faire, la wilaya d'Alger avait créé des espaces appelés "incubateurs", auxquels ont pris part environ 1 000 jeunes universitaires, dont des jeunes algériens établis à l'étranger, en vue d'encourager les jeunes à créer ce genre d'entreprises, a rappelé M. Zoukh avant d'ajouter que plusieurs facilitations leur seront accordées afin qu'ils puissent concrétiser leurs projets sur le terrain, telles que les locaux et les crédits " avec la possibilité de bénéficier de crédits accordés par la Banque mondiale", en appui aux startups.

En outre, Mme Slimani Fatiha, chargée d'études et de synthèses à la wilaya d'Alger a rappelé le rôle des startups dans le concours qui a été lancé dernièrement à l'hôtel El Aurassi à Alger, autour de projets portant sur les idées innovantes, ajoutant à ce propos, que 60 projets seront lancés au cours des 4 prochains mois, comme première étape, et ce, dans le cadre du projet "Alger ville intelligente".

Ces projets porteront sur le développement d'un environnement propice au développement des startups, ainsi que toutes les applications intelligentes qui visent à améliorer la gestion intelligente et le cadre de vie dans la ville d'Alger.